Un paradis en péril

Patrimoine 22 août 2020

Les ravages du tourisme de masse dans les Gorges du Toulourenc

Le tourisme de masse fait des ravages sur les Gorges du Toulourenc, ce lieu unique.

Entre la Drôme et la Vaucluse, Le Toulourenc est une merveille de la nature avec ses eaux claires qui coulent à travers de somptueuses gorges. Mais le constat est triste, le tourisme de masse a vite fait de ravager ce lieu unique, classé patrimoine national. La réaction des autorités, des élus régionaux ainsi que des défenseurs de l’écosystème ne s’est pas fait attendre. Ils recherchent le bon compromis afin de ne pas refuser l’accès au site tout en le protégeant.

En quoi ce lieu est-il si particulier ?

La vallée du Toulourenc fait partie de l’un des plus beaux sites de baignade en Provence. Au pied du mont Ventoux, la rivière Toulourenc s’est nichée dans le calcaire et creusée des gorges féeriques. L’eau revêt un bleu magnifique, car elle contient des minéraux. Sa couleur se modifie en fonction des jeux de lumière : des fois bleu turquois profond et d’autres fois bleu laiteux. Par ailleurs, ces Gorges procurent une fraîcheur incomparable. Il fait agréable de s’y promener lorsqu’il fait plus de 35°C à l’extérieur.

À quels types de pollution les Gorges du Toulourenc sont-elles confrontées ?

Avec la surfréquentation touristique, les Gorges du Toulourenc sont soumises à divers types de pollution, à savoir : les déchets, l’incivilité et les nuisances sonores. Avec les passages interminables des touristes, les rives sont pleines de cannettes et de papier toilette. On note également la présence de traces de feux de camp qui sont formellement interdits. Comme la place de parking vient à manquer, les automobilistes ont même investi des vergers d’oliviers, de saules ou de peupliers. Les riverains ont dû riposter et poser des amas de terre pour leur barrer l’accès.

Quels sont les impacts sur la biodiversité ?

Les ravages du tourisme de masse dans les Gorges du Toulourenc
En dehors des riverains, la faune et la flore sont également menacées. Les castors et les truites ont fui la rivière à cause de ces envahisseurs. Les déjections humaines et des chiens ne sont pas supportées par certaines espèces et causent leur mort. La création de barrages en galets pour former de petites piscines ici et là, retient les poissons qui meurent suffoqués. Cela génère l’apparition d’algues et de moisissures, nocives pour l’environnement.