L'eau est-elle bleue ? Image via Unsplash

Insolite 25 mars 2020

Le saviez-vous ? La couleur de l’eau

Mais alors, pour quelle raison l’eau de la mer est-elle de couleur bleue ?

La curiosité vous a-t-elle déjà menée à l’immanquable question, souvent restée sans réponse : de quelle couleur est réellement la mer ? Est-elle bleue, ou est-elle transparente ? Nos éléments de réponse !

La couleur de l’eau : une réflexion venue du ciel

N’est pas « Planète bleue » qui veut. En effet, la Terre et ses 71 % de surfaces marines se sont, depuis toujours, vues affublées du doux sobriquet de « Planète bleue ». Pourquoi ? En raison de la vive couleur bleutée qu’elle renvoie aux yeux des astronautes qui l’observent depuis l’Espace.

La mer et les étendues océaniques se parent certaines fois d’une robe aux tons verdâtres. Pourtant, elles restent bien souvent assimilées à une agréable couleur bleue si caractéristique.

La mer est-elle vraiment bleue ? © Science & Vie

Mais alors, pour quelle raison l’eau de la mer est-elle de couleur bleue ?

Deux raisons permettent d’en expliquer le phénomène. La première nous vient tout droit du ciel. Il conviendrait de dire que la lumière provenant du ciel, qui s’avère lui-même très bleu, exercerait un phénomène de réflexion à la surface des étendues d’eau. La couleur bleue de la mer ne serait donc autre que la couleur du ciel reflétée sur la surface de l’eau. Ceci expliquerait également pourquoi les eaux des pays où le ciel est constamment dégagé et ensoleillé sont plus bleues que les eaux où le temps est grisâtre.

Une seconde raison plus technique

Cependant, ce principe de réflexion ne serait pas la seule explication au phénomène. En effet, des spéléologues – c’est-à-dire des scientifiques étudiant les cavernes, grottes et cavités – ont pu constater que même l’eau des grottes, pourtant privées d’une bonne quantité de lumière, était également bleue à la lumière des lampes torches.

Cela s’explique notamment par le fait d’éclairer ladite eau avec… une lumière blanche !

Image via Pixabay

La lumière blanche

Il faut savoir qu’une lumière dite « blanche », produite notamment par les lampes à piles ou à batteries, n’est autre qu’un rayonnement composé de différentes « longueurs d’onde ». Ces dernières libèrent chacune une couleur du spectre que l’on connaît. Elles vont, lorsqu’elles sont dirigées notamment vers une surface aqueuse, soit être réfléchies, soit être déviées. Ceci explique pourquoi l’on peut apercevoir un arc-en-ciel de couleurs dans les rideaux de pluie.

Dans le cas d’une grotte, la lumière blanche de la torche dirigée vers l’étendue d’eau va alors voir une partie de ces ondes lumineuses réfléchie vers le haut, et l’autre partie réfractée pour pouvoir pénétrer dans l’eau. En pénétrant au coeur de la surface aqueuse, toutes les ondes ne vont pas survivre à la confrontation avec l’eau et vont se voir absorbées par les molécules d’eau, mais toutes à une vitesse différente.

Image via Pixabay

Les ondes rouges et les ondes jaunes vont être absorbées, et donc disparaître à la vue de l’oeil, à des profondeurs allant de 10 jusqu’à 30 mètres. Le vert va s’estomper vers les 60 mètres. Mais pour le bleu il s’agit de 90 mètres. Cela explique donc que le bleu subsiste et donne sa couleur aux étendues qui ne disposent même pas de la lumière du jour et qui ne peuvent profiter de la couleur du ciel.

Ce phénomène se retrouve dans les grottes grâce aux lampes de poche. Mais ce processus d’absorption est également vrai dans les étendues naturelles. Comment ? Grâce à la lumière blanche produite par le rayonnement solaire.

La couleur de l’eau à l’origine… transparente !

Pour autant, outre ces phénomènes d’absorption des ondes lumineuses, l’eau est, à l’origine et dans son état pur, complètement transparente.

Ed W.