Fonds marins, © Jakub Dziubak via Unsplash

Insolite 13 décembre 2019

Un filtre qui révèle les couleurs des fonds marins !

Il existe depuis peu un filtre pour photos subaquatiques que l’on dit déjà « révolutionnaire ». Pourquoi ? Parce qu’il révèlerait les vraies couleurs des fonds marins. Ce filtre est doté d’un algorithme particulier, qui permettrait d’après de nombreux scientifiques d’obtenir un résultat bluffant.

Est-ce une vraie info ou une intox ? Est-ce réellement possible de voir enfin le fond des mers tel qu’il est vraiment ?

Un algorithme unique pour révéler les vraies couleurs des fonds marins

De nombreux abysses des océans nous sont encore totalement inconnus. Et, tout comme lorsque l’on admire un coucher de soleil magnifique que l’on ne peut reproduire en photo comme on l’a vu, les explorateurs ne peuvent réellement montrer la beauté de ce qu’ils voient au fond des mers. Lorsqu’ils remontent, ils sont devant un fait imparable : la photo ne montre pas les couleurs observées au fond de l’eau.

Teintes modifiées, aspect bleuté trop présent, il est impossible de voir la vraie couleur des fonds marins. Sauf, apparemment, avec ce filtre inventé par deux scientifiques. Leur algorithme nommé « Sea Thru & # 39 » (qui signifie « voir à travers ») supprimerait la distorsion de couleur provoquée par l’eau.

Car c’est effectivement cette distorsion qui déforme la perception des couleurs des fonds marins.
En fait, ce nouveau filtre aiderait à reproduire sur les photos les mêmes teintes, les mêmes saturations sur les photos subaquatiques que sur les photos prises hors de l’eau (tels les paysages).

Filtre révolutionnaire : Info ou Intox ?

Les deux inventeurs, Derya Akkaynak (océanographe) et Tali Treibitz (ingénieur) savent que l’eau déforme la lumière de plusieurs façons différentes en fonction de la profondeur à laquelle on se trouve. C’est pour cela que la lumière des photos n’est pas tout à fait la lumière réelle, constatée par les photographes des fonds des mers.

© Scientific American

L’avancée technologique de ce filtre pouvant intéresser les scientifiques qui utilisent les couleurs comme références pour classer les espèces, il est intéressant de savoir s’ils peuvent réellement lui faire confiance.

Est-il possible que cette technologie ne permette pas uniquement de faire une légère correction colorimétrique de base, à l’instar d’un logiciel photo, type Photoshop ? À ce jour, les scientifiques ont l’air de vouloir y croire, arguant que plus de 1 000 images ont été capturées sous différents angles et ont l’air de comprendre comment les couleurs se diffusent dans l’eau.

Cette technologie est donc à suivre de très, très près…

Ed. W.