Les animaux marins reprennent possession de leur environnement, image libre de droits

Faune & Flore 28 mai 2020

Comment les animaux marins ont-ils vécu le confinement ?

L'aspect positif du confinement : les écosystèmes marins en bonne santé

Le déconfinement se met doucement en place en France et dans le monde… Nous nous sommes intéressés à la façon dont les animaux marins eux, ont repris leurs droits pendant cette période de confinement.

La crise du Covid-19 a eu de nombreux impacts ! Et l’un d’eux fut positif. En effet, de nombreuses espèces marines se sont ré-approprié leur territoire habituellement pollué par les navires militaires, de plaisance, de pêche ou de commerce…

Alors, animaux marins et confinement, qu’en-est-il ?

Image libre de droits

D’excellentes conditions d’observation

« C’est fascinant. Nous avons retrouvé des conditions proches d’il y a cent ans, avant l’industrialisation. Cette période très particulière peut aussi servir de point zéro pour mesurer l’impact humain sur les grands dauphins, les baleines à bec… »

Antoine Thébaud est un scientifique participant à la mission Sphyrna Odyssey Quiet Sea de la Fondation Prince Albert II de Monaco. Il écoute les cétacés.

Habituellement, lorsque les scientifiques écoutent les cétacés et notamment le chant des cachalots, le son leur parvient brouillé. Pourquoi le son serait-il brouillé ? C’est malheureusement à cause de bruit incessant des navires. Les conditions sont donc exceptionnelles pour en apprendre plus sur la vie des cétacés.

Mais pas que !

En outre, si les conditions pour les biologistes sont meilleures, elles le sont pour les animaux ! Nombreux sont ceux blessés, voir tués par les nombreux navires qui sillonnent les mers et les océans de la planète.

Image libre de droits

« Particulièrement celle des navires militaires. Ils utilisent des sonars très puissants que les mammifères fuient pour ne pas avoir les tympans percés. Des études montrent qu’ils causent des échouages en masse de baleines à bec de cuvier aux Bahamas, aux Canaries, en Grèce, en Italie ou en Espagne. »

Frédéric Le Manach, directeur scientifique de l’ONG Bloom,

Ce retour au silence pour quelques semaines aura offert aux animaux marins une liberté méconnue depuis de nombreuses années. La pollution sonore est source d’un stress excessif pour les cétacés et autres membres de l’écosystème marin.

Aurore Mailhes