Des poissons morts dans un cours d'eau.

À la une 5 septembre 2020

Plainte contre Nestlé après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes

Tout est mort sur une portion de 7 km et 30 mètres de large.

Le président de la Fédération de pêche des Ardennes a porté plainte le mercredi 12 août contre Nestlé après la pollution de l’Aisne, qui a entraîné la mort de milliers de poissons.

Michel Adam, président de la Fédération de pêche des Ardennes, déplore la mort de plus de trois tonnes de poissons sur une portion de 7 km et 30 mètres de large. Dans la rivière de l’Aisne à hauteur de Challerange, dans le département des Ardennes, 14 espèces dont certaines sont protégées comme l’anguille ou la lamproie, ont été touchées. 

Cette importante mortalité piscicole serait dû à la diminution de la teneur en oxygène dans l’eau, a indiqué la préfecture des Ardennes dans un communiqué.

«Nous venons de porter plainte contre Nestlé France pour pollution et infraction à l’article 432.2 du Code de l’Environnement», a déclaré Michel Adam, qui estime que le préjudice s’élève à plusieurs milliers d’euros. L’usine Nestlé de Challerange, qui fabrique du lait en poudre, a confirmé un «débordement ponctuel et involontaire d’effluents de boues biologiques, sans présence de produits chimiques» de sa station d’épuration, qui a été stoppé dès connaissance du signalement le dimanche soir.

Pour rappel, l’article L432-2 du Code de l’Environnement explique que « Le fait de jeter, déverser ou laisser écouler dans les eaux […] des substances quelconques dont l’action ou les réactions ont détruit le poisson ou nui à sa nutrition, à sa reproduction ou à sa valeur alimentaire, est puni de deux ans d’emprisonnement et de 18 000 euros d’amende. […] »

«On a même trouvé des poissons morts de plus d’1,5 mètre de long. C’est une catastrophe » déclare Daniel Rivière, président de la société de pêche de Challerange.

Des analyses sont en cours notamment pour déterminer d’éventuelles pollutions chimique et/ou bactériologiques.