fbpx
Requins, image via Pxhere

Faune & Flore 27 novembre 2019

Les requins ont-ils des arêtes ?

Lorsque l’on parle des requins, tout le monde a plus ou moins à l’esprit une image de cet animal aquatique qui peuple les mers et océans de ce monde. Pour autant, cette créature souffre bien trop souvent d’une importante méconnaissance de son comportement et de ses particularités. Au final, ils sont essentiellement connus pour leurs attaques alors qu’il ne s’agit que d’une minorité.

Le requin, qu’est-ce que c’est ?

Tout d’abord, il faut savoir qu’il existe plus de cinq cents espèces de requins. Ces dernières sont classées en huit ordres et trente-cinq familles selon leurs spécificités anatomiques et morphologiques. Ils peuplent les mers et océans depuis plus de 430 millions d’années (impressionnant lorsque l’on sait que les hommes ne sont là que depuis 2 millions d’années).

Il est par ailleurs à noter que ces différentes espèces sont présentes dans toutes les mers et tous les océans du monde à l’exception de l’Antarctique. Les requins peuvent, selon les espèces, être pélagiques (vivant en haute mer) ou côtiers. Certains ont même été observés à plus de 2500 mètres de profondeur.

Le requin est un prédateur, et plus précisément, il appartient à la catégorie que l’on nomme communément « super-prédateur ». Cela signifie qu’il a essentiellement pour rôle de réguler la population des prédateurs qui lui sont inférieurs. Pour se faire, ils contribuent à la bonne santé des océans en se nourrissant des proies faibles ou malades, se rendant ainsi indispensables au bon fonctionnement de leurs écosystèmes. De plus, quotidiennement, les requins consomment seulement entre 0,5 et 3% de leur masse en nourriture. Certains, comme les requins-baleine ou pèlerin se nourrissent exclusivement de plancton en filtrant l’eau de leur environnement à la manière des baleines.

Ces animaux sont souvent connus pour les attaques sur l’homme. Pour autant, sur les 500 espèces qui existent, seulement 5 cinq d’entre elles ont été impliquées dans ce genre d’agressions dont le nombre annuel est particulièrement faible (environ 100 par an), et les cas mortels le sont bien davantage encore (moins de 10 par an). La plupart des attaques ne sont généralement que des erreurs en matière d’identification de leurs cibles, et bien qu’impressionnantes elles restent moins nombreuses que les décès causés par les moustiques, guêpes, serpents ou autres scorpions.

Comment sont-ils composés ?

Le requin est un poisson dont le corps est constitué de cartilage. Il n’est donc pas composé d’arêtes formant son ossature. Au niveau du fonctionnement de leur corps, les choses les plus importantes sont que leur respiration s’effectue par le biais de fentes brachiales et qu’ils sont obligés de continuer à nager pour maintenir la circulation de l’eau (et de l’oxygène) dans leurs branchies.

Ils possèdent plusieurs rangées de dents qui se renouvellent tout au long de leur vie. La forme de ces dents varie selon le régime alimentaire de l’animal. La mâchoire est mobile et permet d’exercer une pression particulièrement forte lors des morsures.

Les requins possèdent des ampoules de Lorenzini qui sont des organes sensitifs leur permettant de remarquer les champs électromagnétiques produits par leurs proies, notamment lors des périodes de migration. Ils sont également en mesure de détecter la présence d’une goutte de sang sur une très grande distance.

Image via Pxhere

Les espèces les plus courantes

Il existe un grand nombre d’espèces très différentes de requins. Il en existe de toutes sortes et de toutes tailles. Les requins-baleines peuvent par exemple atteindre plus de quatorze mètres de long alors que les roussettes ne vont généralement pas dépasser les soixante centimètres.

Le requin-taureau est considéré comme vulnérable sur la liste rouge de l’UICN, notamment en raison du nombre très faible de naissances. Ses prédateurs sont nombreux (hommes, requins, orques) et la spécificité de son cannibalisme intra-utérin implique qu’une reproduction ne peut donner naissance qu’à un seul spécimen.

Le requin Mako © National Geographic Wild France

Certains sont davantage connus pour leur vitesse de croisière particulièrement élevée en comparaison de celle de leurs autres congénères et pour leur alimentation exclusivement à base de poissons comme les requins mako et les requins bleus.

Dans les autres espèces courantes, le grand requin blanc est l’un des plus connus du grand public, notamment en raison des nombreux films à son sujet. Les requins-bouledogue, les requins-taupes, les requins-tigres ou encore l’ange de mer sont des espèces relativement connues.

Ed. W.