Le canot SNS066 est immobilisé jusqu'au 15 août faute d'argent pour changer une pièce / Photo SNSM Saint-Tropez via Facebook

Nautisme

Les propriétaires de yachts de Saint-Tropez refusent d’aider la SNSM

Les propriétaires de yachts n'ont pas daigné répondre à l'appel aux dons des sauveteurs pour payer une pièce de rechange du canot

A Saint-Tropez, les propriétaires de yachts et de voiliers seraient bien inspirés de ne pas se trouver en situation de détresse ces prochaines semaines. Le canot de la SNSM (Société Nationale de Sauvetage en Mer) de la station est immobilisé jusqu’au 15 août par manque de budget pour changer une pièce. Ils n’ont pas souhaité aider les sauveteurs de la station à rentrer dans leurs frais.

Donc… faute d’argent, la SNSM ne peut pas sauver des marins en danger dans les eaux fréquentées par les plus grosses fortunes. Car les riches voisins de ponton du canot SNSO66, Bailli de Suffren II, n’ont pas daigné répondre présents à l’appel de la SNSM.

« Le bateau a 30 ans, nous avons dû attendre deux ans pour pouvoir commander le nouveau » précise ce matin Pierre-Yves Barasc, le président de la station de la SNSM Saint-Topez.

« Je suis déçu parce qu’on a eu des promesses de dons mais qui n’ont jamais été versés. »

Aujourd’hui, il n’y a plus d’habitués parmi les propriétaires de yachts tropéziens. « Nous n’avons plus de contacts directs avec eux, déplore le président. Avant, on se croisait, ils savaient à quoi nous servons et nous aidaient. Peut-être que nous n’avons pas su communiquer. Mais je reste confiant car les choses vont peut-être changer. »

Les propriétaires aux abonnés absents

« On a demandé à tous les propriétaires importants de bateaux ici – le CAC 40 : Arnault, Pinault, Lagardère… – et à des sociétés, poursuit-il. On n’a eu aucun retour, sauf une promesse jamais tenue. Un seul bateau, loin d’être le plus gros, a donné 10.000 euros. Si 30 personnes en avaient fait autant…on aurait pu avancer plus vite » affirme Pierre-Yves Barasc, le président de la station, comme le rapporte Var Matin.

Prise en charge d’un yacht en feu en juillet 2016 / Photo SNSM Saint-Tropez via Facebook

Le vice-président de la station, Frédéric Saveuse, renchérit: « On a envoyé une lettre personnalisée aux cent plus grandes entreprises du Var. Une autre aux dix plus grosses fortunes françaises, propriétaires à la fois d’un bateau et d’une maison ici. En tout et pour tout, on a eu deux réponses : le Byblos, qui a joué le jeu, et une autre personne, qui ne nous a pas suivis. C’est frustrant. » C’est surtout vilain!

La SNSM attend un nouveau canot et des fonds

Evacuation à bord d’un yacht / Photo SNSM Saint-Tropez via Facebook

La station tropézienne a réalisé l’an dernier 87 interventions, dont 90% entre le 15 juin et le 15 septembre. Le canot immobilisé faut d’argent est  la « seule unité de ce type dans le département avec le Bâtonnier Alphonse Grandval basé à Hyères, qui peut prendre la mer peu importe les conditions climatiques et remorquer de grosses unités » explique Var Matin.

Elle a commandé un nouveau canot mais recherche activement des fonds être sûre de pouvoir payer les options techniques nécessaires au bon déroulement d’un sauvetage en Méditerranée.

Gaëlle Richard