Le Flying Phantom permet de découvrir de nouvelles sensations / Photo Flying Phantom

Nautisme 28 juin 2018

La première école de voile à foils décolle

La section multisupports à foils du Cercle Nautique de La Baule-Pornichet-Le Pouliguen est parrainée par Loïck Peyron.

En Loire-Atlantique, le Cercle Nautique de La Baule-Pornichet-Le Pouliguen ouvre la première école de voile multisupports à foils, la Foiling School. Ces ailerons placés sous la coque qui permettent d‘aller très vite plus rapidement qu’avec une coque classique font « décoller » le bateau et autant que le taux d’adrénaline de ses navigateurs.

La Foiling School, labellisée par la Fédération française de voile, veut faire découvrir et pratiquer, la voile, quel que soit le support de navigation: planche à voile, catamaran et à terme dériveur skiff. Si l’UCPA s’attaque aussi à cette nouvelle vague de la voile(lire ci-dessous), le CNBPP crée une école au sein de laquelle, promet-il, le matériel et la pédagogie sont adaptés à ceux qui désirent découvrir les sensations sans forcément avoir un haut niveau de navigation. Une vraie école pour apprendre et décourvrir.

Loïck Peyron en parrain

Le navigateur Loïck Peyron est le parrain de la Foiling School du club de sa région d’origine.

La Foiling School propose des stages au week-end ou à la semaine sur des Flying Phantom et des Whisper. « Les critères principaux des choix des bateaux ont été les suivants : la facilité d’apprentissage du vol, la facilité de manipulation (en mer, à terre) et la capacité du support à accepter des gabarits variés » précise le club de voile.

Avec le Flying Phantom, le CNBPP promet un décollage presque immédiat! Les encadrants l’ont choisi pour « pour sa stabilité en vol, sa solidité et les ailes qui permettent un équilibre facile au départ ». Ils assurent que « le bateau est très facile à la barre et peu demandeur physiquement, le poste d’équipier nécessite lui plus d’engagement. Les pré-requis de niveau sont finalement assez faibles sur ce bateau ».  Le Whisper, plus adapté pour les plus petits gabarits, est plus maniable.

En winfoil, la RS ONE est une planche facile d’accès, reconnue et répandue. Le club l’a choisie parce qu’il existe une régate sur ce support. D’ailleurs, l’une des membres du club, Lola Sorin est championne d’Europe Windfoil.

Le foil, pourquoi ça décolle

La planche à voile, le catamaran, le windsurf, le kitesurf, le surf, le paddle… de nombreux supports classiques démultiplient les sensations qu’ils procurent habituellement grâce aux foils. Tous ceux qui pratiquent tombent amoureux, voire addicts, de cette nouvelle technique. Le foil ressemble à un safran sous la coque et permet de faire décoller le bateau qui ne touche plus l’eau. Car, schématiquement, la vitesse du bateau génère sur le foil une force (la portance) qui peut faire soulever la coque du bateau. Ainsi, le frottement contre l’eau, donc la résistance, est moindre.

Le windfoil requiert une technique légèrement différente de sa version classique

Pas besoin d’être un cador…

…mais quand même, il ne faut pas aller trop vite en besogne non plus. Pour pratiquer un support à foil, qu’il soit catamaran ou wind ou kite, il faut quand même:

  • être à l’aise dans la pratique classique.
  • Deuxième conseil: commencer par prendre des cours avec un moniteur.
  • Troisième conseil: s’approprier les nouvelles sensations, ne pas chercher à décoller avant de maîtriser l’engin « au calme »
  • Quatrième conseil: apprendre à maîtriser ses gestes, le positionnement de son corps et les nouvelles sensations.

Physiquement, pas besoin d’être un athlète de haut niveau pour prendre du plaisir en foil, l’important reste la maîtrise des bases de navigation selon le support.

Ensuite, il n’y a plus qu’à découvrir de toutes nouvelles sensations…

Gaëlle Richard

L’UCPA propose trois stages pour un public averti

L’école de sport UCPA commence elle aussi à proposer une initiation à la navigation à foils mais davantage pour un public averti. « Bien que cette discipline tende à se démocratiser, la technologie qu’elle nécessite et l’équipement requis restent assez coûteux » prévient le spécialiste des séjours sportifs.

L’UCPA propose des stages spécifiques pour winfoil et kitefoil. Lors de fin de stage classique, on peut découvrir le windsurf et le kitesurf. Pour découvrir le catamaran à foils, également sur Flying Phantom, ce sera à Lorient, le temps d’une journée ou d’une demi-journée, et quelque soit le niveau du stagiaire.

Pour bien préparer ses premiers bords en foils, la chronique de Clément Rémy #weareucpa, est de bons conseils. Bon vent!