Via images-assets.nasa.gov

Dossier 28 mai 2019

Un océan souterrain sous la coque glacée de Pluton

Et si Pluton, planète naine située aux confins de notre système solaire, abritait sous sa coque glacée un océan liquide ?

C’est ce que suggèrent les incroyables images rapportées par la sonde New Horizon qui, en 2015, a photographié sous toutes ses coutures cet astre lointain et fascinant.

Sous le « cœur de Pluton »

Comment expliquer la présence d’un immense cœur dessiné à la surface de Pluton ? C’est plus particulièrement son « lobe gauche », un bassin d’azote gelé surnommé « plaine de Spoutnik », qui intrigue les scientifiques. En effet, la configuration géologique de cet immense cratère évoque la présence d’une vaste étendue souterraine d’eau liquide. Leur hypothèse se base sur la particularité de la relation entre Pluton et sa lune Charon, dont les orbites sont parfaitement synchrones. Charon fait perpétuellement face à la plaine de Spoutnik, ce qui laisse supposer que la force gravitationnelle y serait plus importante que ce que l’on pourrait supposer au vu de l’étendue du cratère (1 000 km de large). Cette gravité inattendue trouverait son explication dans la présence d’une importante masse d’eau en partie souterraine.

Pluton glacée, océan préservé

Mais comment un océan pourrait-il se maintenir à l’état liquide sur un astre où la température avoisine les -228°C ? Pas d’explication possible autour de la force de marées dont l’action massante aurait pu réchauffer le noyau de Pluton, puisque aucune planète géante ne se trouve à proximité pour déclencher ce type de phénomène. En revanche, de nouvelles théories sont avancées par une équipe de chercheurs dirigée par Shunichi Kamata de l’Université de Hokkaido et publiées cette année dans Nature geoscience. Selon cette étude qui se base sur des simulations réalisées à partir des clichés de la sonde New Horizon, ce serait une couche de gaz (probablement du méthane issu du noyau rocheux), localisée sous la surface glacée de la Plaine de Spoutnik, qui agirait comme un isolant thermique. Elle permettrait à cet océan souterrain d’une profondeur de cent kilomètres de se maintenir à l’état liquide, tout en préservant l’épaisseur de la coque glacée de la surface de Pluton.

Et d’infinies possibilités…

Cette découverte majeure ouvre la porte à de nouvelles hypothèses sur l’existence d’autres océans souterrains dans d’autres objets glacés de la ceinture de Kuipper, zone céleste s’étendant au-delà de Neptune. Et, selon Shunichi Kamata, il n’y a qu’un pas à faire pour émettre de nouvelles suppositions sur une vie extraterrestre, que ces nouvelles découvertes rendent plausibles. Un pas de plus dans la découverte de notre insondable univers…

Ed.W