Le risque glacière

Environnement 23 septembre 2020

Augmentation inquiétante du nombre de lacs glaciaires

Comment se forme un lac glaciaire ? Pourquoi le changement climatique les fait-il augmenter et quelles en sont les conséquences ?

Les images satellites de la NASA sont formelles : les lacs glaciaires ont augmenté de 53% en moins de 30 ans. Ces chiffres rappellent les effets néfastes du réchauffement de la planète. Ils alarment les scientifiques, car l’augmentation des lacs glaciaires peut avoir des conséquences catastrophiques.

La formation d’un lac glaciaire

Un lac glaciaire est formé par l’eau qui s’écoule des glaciers. Entre 1990 et 2018, ce sont 5 000 lacs supplémentaires qui se sont créés. Ils ont provoqué une augmentation d’eau de plus de 50% sur la surface du globe, soit aujourd’hui 156,5 km³.

Les glaciers sont les premiers à subir le changement climatique. Ils sont moins blancs, moins solides qu’auparavant. Partout sur la planète ils fondent et amoncellent des tonnes d’eau dans les océans. Mais forment également des lacs un peu partout.

En Scandinavie, Islande, Canada, Groenlad et Russie le phénomène est très impressionnant, avec des surfaces qui ont parfois doublé. En Alaska ou en Patagonie, ils se sont étendus à moindre échelle mais ils sont plus grands, ce qui représente un volume d’eau considérable.

Cela signifie que la Terre réagit très rapidement aux changements climatiques, selon Stephan Harrison, spécialiste en changement climatique et environnement de l’Université d’Exeter, interrogé récemment par la revue The Guardian.

Des conséquences désastreuses pour la planète et les populations

Source d’eau douce indispensable pour des milliers d’hommes et de femmes, notamment les plus pauvres d’Asie ou d’Amérique du Sud, ces lacs glaciaires sont malgré tout une nouvelle menace à prendre en considération.

Certaines retenues d’eau peuvent se rompre à tout moment et être à l’origine de nombreuses inondations pouvant dévaster totalement des villages entiers. Ils démolissent routes et bâtiments, infrastructures nécessaires, et installations électriques souvent précaires.

Des centrales hydroélectriques de l’Himalaya, le pipeline trans-Alaska ou les grandes routes reliant la Chine au Pakistan, et transportant des quantités astronomiques de marchandises sont menacés.
La France est également concernée par cette montée des eaux glaciaires. Une poche d’eau a en effet été découverte par un alpiniste en 2019, à plus de 3 000 mètres d’altitude sur le Mont-Blanc. Nul doute donc que de tels phénomènes puissent se produire également dans notre pays, à plus ou moins long terme. Ces lacs glaciaires étant considérés comme des bombes à retardement par les scientifiques.

E.D