Image libre de droits

Découverte & Recherche 4 juin 2020

Un algorithme pour retrouver les perdus en mer

Découvrez un algorithme innovant pour révolutionner le sauvetage maritime.

L’océan est si vaste et les courants marins imprévisibles qu’il est compliqué voir parfois impossible pour les sauveteurs de retrouver les personnes perdues dans l’océan… Cependant, un groupe de chercheurs de l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT) ont mis au point un algorithme révolutionnaire capable de localiser les perdus en mer…. Mais comment est-ce possible ?

Comment ça fonctionne ?

Le MIT de nuit, image via Wikipédia

Cet algorithme développé par des chercheurs du MIT et l’Institut fédéral de technologie de la Suisse a été annoncé dans la revue Nature Communications. L’étude décrit le mode de fonctionnement de l’algorithme qui se base sur une multitude de paramètres mesurés localement dans une région cible de l’océan. Parmi ces critères on retrouve :

  • la force des courants marins
  • la direction des courants marins
  • les vents de surface
  • l’ampleur des vagues…

Grâce à tous ces paramètres, l’algorithme est capable de calculer en temps réel et prédire les endroits de convergence des objets flottants dans l’océan.

Les TRAPS

L’acronyme TRAPS signifie “profils d’attraction transitoire”. Il désigne les zones de convergence des objets flottants. Dans un communiqué, Mattia Serra, un chercheur au MIT précise :

“On peut comparer ces TRAPS à des aimants non-fixes, qui attireraient des pièces posées sur une table”.

Dans un soucis de vérification du dispositif, les chercheurs ont laissé dériver flotteurs et mannequins dans l’océan. Ils ont calculé au préalable les TRAPS vers lesquels ils devraient s’orienter. Et les résultats furent au rendez-vous ! Les objets ont en effet dérivé vers les endroits prévus.

Le chercheur Thomas Peacock insiste cependant :

“Des groupes comme la Garde côtière américaine s’aident régulièrement de simulations et de modèles physiques pour connaître la direction des courants océaniques”.

Ce sont donc des tests concluants pour le moments qui pourraient se révéler vitaux pour l’avenir du sauvetage en mer !

Aurore Mailhes