La tortue, un animal vulnérable par son mode de vie

Environnement 4 septembre 2020

Tortue marine : une espèce convoitée et menacée

Les tortues marines ont traversé le temps et peuplent nos océans depuis plus des millions d’années. Pourtant, aujourd’hui, plusieurs espèces vivantes sont gravement menacées.

La tortue marine est présente dans tous les Océans du monde, excepté l’Océan Arctique, depuis plus de 150 millions d’années, faisant fi de toutes les crises climatologiques. Cependant, six espèces vivantes présentes dans les eaux françaises sont gravement menacées d’extinction.

Le principal prédateur : l’Homme

La vie sous-marine expose la tortue marine aux dangers représentés par le requin tigre, le requin bouledogue ou le grand requin blanc. Les bébés sont également des proies faciles pour les gros poissons, les poulpes, les calamars, ainsi que les oiseaux marins. La tortue marine est essentiellement vulnérable de par son système de reproduction. Elle doit s’approcher des côtes pour pondre. Et là, les œufs sont menacés par des petits mammifères, des chiens, des mangoustes, des insectes, des oiseaux, des lézards, des crabes … et l’Homme !

L’Homme est le principal prédateur de la tortue marine aussi bien sur terre que sur mer. Sur terre, l’Homme s’adonne à la chasse et au braconnage, car la tortue marine est convoitée pour ses œufs et sa viande, ainsi que sa graisse et sa carapace. L’urbanisation du littoral impacte négativement sur les sites de ponte à cause des extractions de sable et des dégradations de la forêt littorale. Par ailleurs, les lumières anthropiques orientent les bébés tortues vers les routes au lieu de la mer.

Sur mer, le danger existe également. Le plus courant est la pêche : les captures accidentelles dans les filets ou tout autre engin de pêche. La pêche est une cause majeure de mortalité pour les tortues marines, au même titre que les déchets marins. Les déchets marins représentent des menaces qui pèsent sur leur habitat naturel. Des marées géantes de plastiques prennent les tortues au piège et peuvent les tuer par enchevêtrement ou par ingestion.

Comment faire pour agir ?

Face à ces menaces, plusieurs institutions internationales décident d’agir. Ainsi, en France, un plan régional de restauration divisé en trois catégories, a été mis en place. Et depuis 2014, un plan d’action national, d’une durée de 10 ans a également été mis en œuvre pour protéger la tortue marine.

De son côté, WWF a signé un accord bilatéral entre les Philippines et la Malaisie en vue de créer la Zone protégée du patrimoine des îles aux tortues (TIHPA). L’organisation finance des patrouilles pour la protection des nids de tortues dans de nombreuses régions du monde et s’efforce de mettre un terme à la collecte de tortues et de leurs œufs.

Ed. W