Image libre de droits

Dossier 2 juillet 2019

Quel est le rapport entre la lune et les océans ?

Diverses théories et croyances entourent les effets des cycles de la lune sur les océans. Qu'en est-il vraiment ?

Que se passe-t-il concrètement ?

Rassurez-vous : oui, le cycle lunaire, allié à la rotation de la terre, a bien un impact sur les marées. Pour être plus précis, c’est la force gravitationnelle s’opérant entre la lune et la terre, qui est à l’origine du phénomène des marées. La force gravitationnelle attire ainsi la Lune et la Terre l’une vers l’autre, bien que ce mouvement soit pleinement compensé par la force centrifuge de la rotation de notre planète. Ainsi, bien que ces deux éléments ne bougent pas concrètement, les surfaces liquides présentent sur Terre en sont profondément impactées.

De cette manière, le côté de la Terre le plus approché de la Lune est attiré par cette dernière, ce qui a pour effet d’augmenter légèrement le niveau des océans les plus proches de la Lune. Il est cependant important de noter que les océans présents de l’autre côté de la Terre sont également impactés par cette force d’attraction, et leur niveau s’élève également, dans une moindre mesure cependant.

De plus, la rotation de la Terre s’effectue en 24 heures, et la lune avance sur son orbite de 13 degrés durant le même laps de temps, ce qui y permet ainsi l’existence de deux marées hautes et deux marées basses en une seule journée sur terre.

C’est pourquoi les coefficients de marée existent. Il s’agit d’une unité de mesure permettant de mesure l’écart entre les pleines mers et les basses marées d’un lieu donné. Les coefficients de marée se calculent selon plusieurs composantes de la Terre, du soleil et de la Lune : leur déclinaison, les distances les séparant, les déclinaisons, la parallaxe, etc.

Ainsi, les coefficients de marée peuvent varier de l’indice 35 à 120, la plus haute marée possible. Les marées peuvent ainsi varier, selon les lieux, d’une montée de 10 cm du niveau de l’eau à plus de 10 mètres. Selon les cycles de la lune, ces variations peuvent changer : les coefficients de marée sont habituellement moins élevés durant les premiers et derniers quarts du cycle lunaire, et plus importantes durant les pleines et nouvelles lunes.

Ed.W