La réplique de l'Hermione à Bordeaux / Photo par les équipes de The Woodstock

À la une 28 avril 2019

L’Hermione aurait eu 240 ans ce 28 avril

Retour sur l'épopée mythique du célèbre navire français l'Hermione.

L’Hermione est un navire français, mis en chantier pour la première fois en 1778 au sein de l’arsenal de Rochefort, tout comme ses homologues La Courageuse, La Fée et La Concorde. Crée selon les plans de Chevillard Aîné, un ingénieur de renom, l’Hermione mesurait plus de 65 mètres de longueur, et, constituée de trois mats, elle comptait près de 1500m2 de voilure.

Véritable machine de guerre, qui a nécéssité plus de 35 000 journées de travail et des centaines d’artisans, la navire était doté de 26 canons. Rapide et maniable, malgré sa largeur de 11 mètres, il fut construit en un temps record de 11 mois seulement.

L’Hermione et la guerre d’indépendance américaine

L’année 1776 signe une rupture est annoncée entre l’Angleterre et ses colonies installées en Amérique du Nord, c’est le début de la guerre d’indépendance, qui durera 8 longues années.

C’est ainsi qu’en 1779, Gilbert Motier, le marquis de La Fayette, de retour en France après avoir combattu aux cotés des troupes américaines dans la lutte pour leur indépendance, réussit à convaincre Louis XVI d’apporter son soutien aux indépendantistes américains. D’après négociations s’en suivirent, conclues par l’accord du roi, qui fit envoyer des troupes en Amérique, dont La Fayette qui embarqua à bord de l’Hermione en 1780.

De nombreux combats et victoire suivirent cette épopée, caractérisée par la victoire des indépendantistes en 1783 et officialisée par la signature du traité de Paris la même année. L’Hermione est ainsi porteuse d’une symbolique forte, représentative de la solidarité des Français envers le peuple américain et sa soif de liberté.

L’histoire d’un naufrage

L’Hermione ne périt pas, comme l’on peut s’y attendre, au cours des combats en Amérique du Nord, mais dix ans plus tard, en 1793, lorsqu’elle fut dépêchée en destination de Brest pour accompagner 12 autres bâtiments contenant de nombreux canons. Son commandant, le capitaine de vaisseau Martin, ordonne au pilote de faire passer le navire entre la Pointe du Croisic et le plateau du Four. Il s’agira du dernier voyage de l’Hermione en état, puisque le navire échoua contre le Four à marée descendante.

La restauration de vaisseaux de légende

C’est sous l’impulsion de l’association Hermione-Lafayette, qu’en 1997 débutèrent les travaux de construction d’une réplique exacte de l’Hermione, à l’endroit-même ou celle-ci fut bâtie la première fois. Les travaux ont duré 17 ans, pour enfin générer l’émotion toute singulière, de revoir l’Hermione reprendre le large en 2014, sous les yeux émus des passionnés. Le bateau se situe aujourd’hui entre La Rochelle et Nantes, dans le cadre de son voyage célébrant les 75 ans du débarquement des alliés en France.

C’est également en partenariat avec l’association Hermione-Lafayette que le Musée Mer Marine de Bordeaux, a mis sur pied un projet d’envergure : remettre en état le voilier Cupidon Fou  du baron Philippe de Rothschild. Ce bateau, classé dans les Monuments Historiques, sera restauré dans les Ateliers de l’Arsenal de Rochefort, ceux-mêmes qui ont assisté à la naissance de l’Hermione, il y a de cela plusieurs siècles.

Pour les curieux désirant en apprendre davantage sur L’arsenal de Rochefort, vous pouvez visionner cette vidéo de C’est pas Sorcier.

Ed.W