fbpx
Faune marine, image via Pxhere

Faune & Flore 4 novembre 2019

Les espèces marines en danger

Le réchauffement climatique qui se répercute sur la température de l’eau des océans, la pêche intensive ou la pollution notamment à base de plastique influent de plus en plus négativement et à vitesse grand V sur la vie marine. De nombreuses espèces ont déjà disparu sans retour possible et de multiples autres sont en grand danger d’extinction. En voici une brève liste non exhaustive :

Le grand requin blanc, © blog.surf-prevention

Les espèces marines les plus menacées

  • Le grand requin : 8 représentants de l’espèce sur 10 ont disparu en 15 ans ! Attirés parla forte demande pour leurs ailerons, leur chair et leur cartilage, les pêcheurs s’en donnent à cœur joie.
  • Le Napoléon : Même cause, même effet pour le Napoléon qui est apprécié pour sa chair d’une finesse telle qu’elle se négocie à près de 20€ le kg !
  • Le dauphin d’Irrawaddy, l’esturgeon, le thon rouge ou le phoque moine pour leur viande très recherchée ; le Dugong et l’hippocampe sont chassés pour leur vertus médicinales notamment. Quant à la Tortue imbriquée ou la Tortue Luth, ce sont leurs carapaces, utilisées comme objets décoratifs qui poussent au braconnage, synonyme de leur extinction.
  • Le Beluga et le marsouin du pacifique se font attraper dans les mailles des filets des pêcheurs. Cette façon de pêcher laisse dériver des nasses sur plus de 2 km de long qui ont pour conséquence d’étouffer les cétacés.
  • Le marsouin du golfe de Californie est probablement l’espèce la plus menacée puisqu’on ne dénombre plus qu’une centaine de représentants du genre.
Les espèces marines en danger, ©euronews

Les actions de sauvegarde engagées

Les interdictions restent hélas lettre morte. La chasse et la pêche marine et sous-marine de ces espèces protégées se poursuit de manière illégale, le profit guidant les actes. La demande demeure soutenue sur le marché noir. La prise de conscience de certaines autorités aidant, des programmes de sauvegarde ont été mise en place. Ainsi en est-il de la France qui a établi un plan de protection de l’esturgeon d’Europe afin d’assurer sa reproduction.

La baleine bleue quant à elle, bénéficie également de mesures visant à sauvegarder son existence. Cet être qui est le plus gros de la planète est apprécié dans son entièreté. Sa graisse et ses tissus servent à la fabrication de bougies et de savon. Des brosses à dents sont conçues avec sa barbe. Sa viande est un mets apprécié dans différentes contrées du globe… Sa chasse est évidemment prohibée, mais elle demeure clandestine. L’existence de la baleine bleue est également menacée par des facteurs tels que la contamination environnementale et acoustique qui menacent fortement son écosystème.

Les mesures de sauvegarde des espèces marines sont diverses. Depuis la mise en place de réserves marines protégées, à la labellisation de la pêche, en passant par la préservation des milieux côtiers et de la réglementation de l’aquaculture, on espère que cela aura des résultats satisfaisants.

Un rorqual de 12 m de long s’échoue sur une plage bretonne, ©Le quotidien
Ed W.