Les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine sont les plus fournies en stations thermales / Photo Chaîne thermale du Soleil -Mont Dore

Économie 20 février 2019

L’eau du thermalisme a le vent en poupe depuis dix ans

Le thermalisme se développe même si en 2018, les retraités ont diminué leur fréquentation

Le thermalisme reprend des couleurs depuis 2010. En 2018, 600.000 curistes ont fréquenté un établissement thermal. Seule ombre au tableau cette année-là, les retraités ont moins eu recours au thermalisme que les années précédentes.

Occitanie et Nouvelle-Aquitaine, leaders

La France compte 90 stations thermales. La plupart se situe dans les régions du sud. Occitanie et Nouvelle-Aquitaine sont les deux régions leaders en nombre d’établissements. Le site Les Curistes.fr les a classés à partir de plus d’un millier d’avis. Le Landais de Saubusse arrive en premier.

Augmentation depuis 2010

La filière du thermalisme a mis un coup de fouet à son activité depuis 2010. En 2009, elle comptabilisait 480.000 curistes. La profession se renouvelle et se modernise. Elle constate aujourd’hui une augmentation de la fréquentation de 25% sur ces dix dernières années. Le Conseil national des établissement thermaux explique que « les stations thermales élargissent leurs offres en mettant en avant le côté préventif et bien-être de l’eau thermale. Dans un même temps, elles élargissent leurs offres touristiques afin de fidéliser les curistes actuels mais également pour en séduire de nouveaux. »

Combien ça coûte?

La France possède 89 stations thermales conventionnées par l’assurance maladie. Le prix des soins est identique dans les différentes stations thermales. Cependant, le prix des logements est totalement différent d’une station thermale à l’autre. On peut cependant les comparer grâce au tableau de Locationcure.net. Une cure thermale dure trois semaines, c’est une obligation. En général, les stations sont ouvertes de février/mars à novembre. La Sécurité Sociale rembourse 65% des frais, sur prescription médicale. Certaines mutuelles prennent e, charge le reste. En 2017, les cures ont coûté 290 millions à la Sécurité Sociale, soit 0,14% des dépenses.

Les retraités en baisse en 2018

L’âge moyen des curistes est de 65 ans. En 2018, ils ont été moins nombreux dans les stations. « La principale raison de l’arrêt de la progression en 2018 est la hausse de la CSG, qui a touché 60% des retraités. Or, la moyenne d’âge des curistes est de 64 ans », a expliqué à l’AFP Claude-Eugène Bouvier, délégué général du CNETh (Conseil national des établissements thermaux).

Gaëlle Richard