fbpx
Les enjeux de la ressource en eau sont primordiaux / Photo Pixabay

Environnement 23 janvier 2019

L’eau: comment et pourquoi il faut en prendre soin maintenant

De l'eau qui parle et qui raconte comment les consommateurs la polluent sans le savoir... L'Etat alerte les citoyens

Non, les stations d’épuration n’ôtent pas tous les produits chimiques, ni les traces de médicaments contenus dans l’eau sale. Non, les stations d’épuration ne servent pas à rendre l’eau potable. Elles la traitent avant qu’elle soit rejetée dans la nature. Les idées reçues et la méconnaissance de l’état de l’eau du robinet restent un gouffre. Afin d’y remédier (au moins un peu), l’Etat lance une campagne de sensibilisation pour expliquer le pourquoi du comment. Surtout, comment il faut, vraiment et maintenant 1:ne pas gaspiller l’eau et 2:ne pas la polluer.

Web séries et décryptage

Le ministère de la Transition écologique et solidaire détaille les enjeux liés à la ressource en eau, dans une campagne baptisée En immersion. Sept grandes thématiques ont été choisies :

  • les macropolluants (traitement des eaux domestiques, assainissement) ;
  • l’adaptation au changement climatique ;
  • la solidarité internationale (accès à l’eau, actions lors de catastrophes naturelles) ;
  • la gestion des eaux pluviales urbaines (inondations, remontée d’égouts en cas de pluie) ;
  • la protection des zones humides ;
  • l’implication citoyenne (sensibilisation, éducation) ;
  • les pollutions diffuses (pratiques agricoles, lutte contre la pollution par les pesticides et nitrates).

Plusieurs épisodes mettent en scène les enjeux de l’eau à travers des personnages. Une manière ludique d’expliquer sans faire la morale pourquoi il faut utiliser des produits ménagers qui respectent l’environnement ou fermer le robinet lorsque l’on se lave les mains.

Beaucoup d’études… à quand les actes?


Le site du ministère de la Transition écologique détaille les plans « d’action » mis en place pour lutter contre les différents polluants. Les actions concrètes du gouvernement tardent à être mises en place. Par exemple, concernant les résidus de médicaments dans les eaux, un « plan d’actions » a été créé en 2010-2015. Son bilan détaille que ce sont surtout des études, analyses ou surveillance qui ont été mises en place mais bien peu d’action concrète pour réduire les résidus à la source.

La balle est dans le camp des citoyens

En revanche, les vidéos de l’Etat explique bien au consommateur comment ne pas utiliser de détergent chimique.

« On favorise au maximum les produits ménagers naturels :
– le vinaigre blanc,
– le savon noir – savon de Marseille,
– le bicarbonate de soude…
Et pour déboucher un siphon… le plus efficace, et de loin, est l’action mécanique »

Lorsque que nous jetons : les canalisations ne sont pas une poubelle bis !
Que faire ? On jette au bon endroit des produits et substances qui polluent nos eaux.
– Pas de médicaments périmés ou entamés dans le lavabo. Il doivent être rapportés en pharmacie
– Pas de lingettes dans les toilettes, leur composition fibreuse peut altérer le bon fonctionnement des installations d’épuration. Il faut donc les jeter à la poubelle.
– Pas de produits de jardinage (désherbants ou les engrais liquides) dans l’évier ou le caniveau. Il faut les rapporter en déchèterie (mais le mieux est bien sûr de s’en passer)
– Pas d’huiles de vidanges dans les caniveaux (ni aucun hydrocarbure, essence ou encore peinture, vernis, enduits…). Il faut les rapporter en déchèterie. »

G. R.