Actions contre le plastique / Photo via TNTV

Économie 8 août 2018

Le premier pays d’Amérique du Sud à interdire les sacs en plastique est …

Un pays d’Amérique du Sud prend l’initiative d’interdire les sacs plastiques devenant ainsi le premier pays du Sud du continent à les supprimer !

Ce pays n’est autre que le Chili ! Il rejoint ainsi une soixantaine d’autres à avoir déjà interdit les sacs plastiques.

 

Des mesures ont déjà été prises par certains chiliens afin de réduire la pollution causée par les 10 millions d’emballages plastiques comme nous avons pu le voir dans un précédent article sur l’invention de sacs plastiques solubles dans l’eau.

 

Le président de la droite du Chili, Sébastien Piñera déclarait vendredi 3 août : « Je voulais partager ma joie avec vous : à compter d’aujourd’hui, nous promulguons la loi. », avant de distribuer des sacs en toile au public.

 

Tous les sacs en plastique ne sont pour autant pas interdits ! La loi autorise les emballages des aliments « pour des raisons hygiéniques ou (…) pour éviter le gâchis de nourriture », selon le Journal officiel.
Elle indique également que les grandes entreprises ont à partir de ce vendredi 3 août 2018, 6 mois pour ne plus utiliser de sacs en plastique et deux ans aux petits commerces. Mais ils ne peuvent donner que deux sacs en plastique aux clients par achat.

 

Si après ces délais, la loi n’est pas respectée, ils devront 370 dollars à l’Etat par sac plastique distribué à un client. Le président précise : « Nous sommes très heureux de faire un pas dans la bonne direction. Ce que nous proposons est simple : nous voulons changer le mode de vie des Chiliens. Nous voulons passer de la culture du jetable à celle du durable. »

 

Le Chili n’est pas vraiment un pays qui milite en faveur de la planète. Au contraire, seulement 4% des 17,5 millions d’habitants recyclent leurs déchets. Interdire les sacs plastiques est donc un grand pas pour cette nation.

 

 

Les Chiliens utiliseraient 3,4 milliards de sacs par an. 90% d’entre eux finissent dans des décharges ou pire encore dans l’océan. La plupart des plages du pays sont recouvertes de déchets. L’océan Pacifique quant à lui est submergé de sacs plastiques que ce soit en surface ou en profondeur : « Près des côtes, entre le Chili et le Pérou, il y a des îles de plastique de la taille du Mexique, soit près de 2 millions de kilomètres carrés, explique Marcela Cubillos, ministre de l’environnement. Non seulement la quantité est problématique, mais surtout la durée, puisqu’ils (les sacs) peuvent rester dans la nature jusqu’à quatre cents ans sans se dégrader. Alors que leur utilité dans la vie quotidienne ne dépasse pas trente minutes. »

 

 

Le gouvernement avait lancé un programme en 2016 qui avait permis de ramasser 93 tonnes d’ordures sur 218 kilomètres de plages dont 90% d’entre eux étaient du plastique …

 

Le Chili reste le premier pays d’Amérique du Sud à interdire les sacs plastiques mais c’est l’île des Caraïbes d’Antigua-et-Barbuda qui avait franchi le cap en 2016 en devenant le premier pays d’Amérique à les interdire. Le Panama a suivi le mouvement début 2018.

 

L’Europe a elle pris des mesures plus drastiques en proposant l’interdiction des cotons-tiges, des assiettes, des pailles, des couverts ou encore des mélangeurs de cocktails. Ils devront être remplacés par des alternatives plus durables.

 

Le rapport publié par l’Organisation des Nations Unies au début du mois de juin estime qu’environ 5 000 milliards de sacs en plastique sont utilisés dans le monde tous les ans. Ce qui équivaut à 10 millions par minute… « S’ils étaient attachés ensemble, ils pourraient entourer la planète sept fois toutes les heures », explique l’ONU.

 

Des chiffres hallucinants qui nous forcent à voir la réalité en face et qui sait, à faire bouger les choses ?

 

Alice Masnin