Environnement 6 août 2018

Des ingénieurs inventent des sacs plastiques solubles dans l’eau et non-polluants !

Véritable fléau de notre époque, le plastique envahit nos fonds marins. Des chercheurs d'une entreprise chilienne ont alors décidé de créer des sacs plastiques solubles dans l'eau.

Les sacs plastiques sont un fléau de notre époque. En mai, un sac plastique avait été découvert dans la fosse océanique la plus profonde de la planète autrement dit à 11 kilomètres de profondeur. Ils viennent polluer les océans et empêchent la faune et la flore aquatique de s’épanouir dans leur environnement. Une vraie poubelle maritime à laquelle certains tentent de remédier.

 

La pollutions plastique du littoral / Photo via unsplash

 

Roberto Astete, un directeur chillien de l’entreprise SoluBag, a présenté mardi 24 juillet un concept innovant : un sac plastique non polluant pouvant se dissoudre dans l’eau froide ! Pour pouvoir répondre aux besoins de la planète, les ingénieurs chiliens ont remplacé le pétrole par du calcaire : « Notre produit est un dérivé de roche calcaire qui n’a pas d’impact sur l’environnement », explique le directeur. Avant d’ajouter : « C’est comme faire du pain. Pour faire du pain, il faut de la farine et d’autres ingrédients. Notre farine, c’est l’alcool polyvinylique et d’autres ingrédients, approuvés par la FDA (l’agence en charge de la sécurité alimentaire et des médicaments aux Etats-Unis), qui nous ont permis de fabriquer différents produits ».

 

 

A part ce sac en plastique, l’entreprise a également créé un sac en toile réutilisable. Plus résistant, il se dissout, quant à lui, dans l’eau chaude.

 


Mais est-il possible de recycler ces sacs plastiques dans sa casserole ou dans son bain ? La réponse est oui ! Une fois les sacs dissous, il ne reste que du carbone dans l’eau, ce qui n’a aucun effet sur le corps humain. Il est donc tout à fait possible de recycler ces sacs dans sa machine à laver, dans sa casserole avant d’y mettre ses pâtes ou encore dans son bain !

 

Les coûts de fabrication seraient similairement les mêmes que ceux des sacs plastiques actuels. Un changement de formule est simplement à opérer !

 

Le directeur fini par dire : « La grande différence entre le plastique traditionnel et le nôtre est que le premier va rester entre 150 et 500 ans dans la nature et le nôtre seulement cinq minutes. On décide quand on le détruit ».

 

Alors on s’y met quand ?

Alice Masnin