La montée des eaux menace, image via Pixabay

Économie 23 janvier 2020

Le monde face à la montée des eaux

Les chiffres sont implacables : le siècle dernier, le niveau des océans a monté plus rapidement que lors des trois derniers millénaires (14 centimètres au XXème siècle). Et cette hausse s’accélère encore au XXIème siècle.

À quelles conséquences doit-on s’attendre, d’après les chercheurs ?

Des outils de mesure performants

Afin de calculer le niveau des océans, les scientifiques ont utilisé des relevés sur les marées à 66 endroits du globe au cours des 300 dernières années. Ces estimations des plus fiables permettent en même temps des projections exactes et une estimation la plus précise possible de l’évolution du niveau des mers (dans le passé et le futur).

Vidéo © France Info

Ils ont pu notamment remarquer que le niveau avait baissé de 8 centimètres entre les années 1000 et 1400, lors d’une période de refroidissement de la planète… Alors que nous sommes, actuellement, à un degré Celsius plus élevé qu’à la fin du XIXème siècle…

Les chercheurs ont conclu avec ces outils performants que le niveau des océans allait monter de 51 cm à 1,3 mètre lors de ce siècle si on ne change pas nos comportements.

L’estimation de la montée des eaux dans le delta du Gange

Le CNRS a récemment communiqué les estimations fiables des scientifiques de l’affaissement des terres et de la montée des eaux dans le delta du Gange, du Brahmapoutre et de la Meghna.

La Rochelle après la montée des eaux ©France Info

Delta le plus peuplé au monde, cet endroit est le plus vulnérable au changement climatique. Souvent sujette aux inondations, cette région du Bangladesh est victime de l’intensité de la mousson et de l’élévation du niveau marin, du débit des fleuves et de l’affaissement du sol. Il en ressort que, même si l’on réduit les émissions de gaz à effet de serre, le niveau pourrait atteindre 85 à 140 cm en 2100. Soit le double des projections vues par le GIEC, qui ne tenait pas compte de l’affaissement des sols.

Reste maintenant à envisager tous les scénarios d’adaptation possible pour ses 200 millions d’habitants…

Les conséquences planétaires

On estime qu’un milliard de personnes vivront bientôt dans des zones vulnérables, notamment les zones côtières, et que le rythme d’élévation sera 100 fois plus rapide au XXIIème siècle (plusieurs centimètres par an, et jusqu’à plusieurs mètres d’ici 2300, si les émissions ne sont pas réduites).

Image de La Faute-sur-Mer en Vendée après la tempête Xynthia en février 2010, ©Archives Le Journal du Pays Yonnais

La montée des eaux va continuer, et tous les chercheurs s’accordent sur ce point. D’ici 2100, avec une marge d’erreur d’environ 25 cm, on peut dire que le niveau de la mer augmentera de 25 cm pour le scénario optimiste, et jusqu’à 82 cm pour le plus pessimiste. Et c’est malheureusement ce dernier qui est le plus envisagé.

Les incertitudes persistent sur les scénarios futurs, notamment à cause de la mauvaise connaissance des processus complexes du changement climatiques, ainsi que sur les futures émissions de GES anthropiques.
Quelles seront, également, les réactions de l’homme ?

Il est urgent que nous commencions, de manière drastique, à réduire la consommation d’énergies fossiles, à agir au quotidien en faveur de l’environnement dans nos gestes simples, afin de réduire notre empreinte carbone et diminuer notre contribution au changement climatique.

Ed W.