Les îles Lofoten au nord de la Norvège / Photo par Vincent van Zeijst via Wikipedia

Économie 24 avril 2019

La Norvège refuse de forer l’Arctique et renonce donc à des dizaines de milliards de dollars de pétrole

Quelles sont les conséquences pour le pays ? Pourquoi est-ce malgré tout un exemple à suivre ?

Alors que ce projet de forage aurait pu rapporter des sommes colossales à la Norvège, le pays nordique a tout simplement refusé de mener son projet à bien. Dans le seul but de préserver l’environnement.

La Norvège renonce à 65 milliards de dollars

65 milliards de dollars : c’est la somme totale à laquelle la Norvège renonce en annulant ses projets de forage dans les îles Lofoten, situées tout au nord du pays, dans l’Arctique. On estime entre 1 et 3 milliard(s) de barils de pétrole disponible(s) à cet endroit.

Dans un contexte mondial de manifestations pour le climat, et les moyens de lutter contre le réchauffement de la planète, le gouvernement norvégien s’est demandé quelles seraient les conséquences d’un tel forage.

Et, malgré le mécontentement évident de nombreuses compagnies pétrolières, le parti travailliste a donné une réponse ferme et définitive en faveur de l’environnement. C’est une décision courageuse et pas comprise de tous, puisque le commerce du pétrole permet à ce pays d’être l’un des plus riches au monde !

 

 

Pourquoi est-ce bon pour l’environnement ?

Dans cet archipel regorgeant de pétrole, il y a de nombreuses espèces animales, comme des baleines, des morues et des harengs, ainsi que plusieurs sortes d’oiseaux, cohabitant avec de multiples espèces végétales. De plus, est ici présente la plus grande barrière de corail en eaux froides du monde. Renoncer au forage permettra notamment de limiter les émissions de CO2.

Le ministre du Pétrole et de l’Énergie a depuis plusieurs années signalé que tout développement pétrolier dans cette zone devait se faire de façon à ne pas endommager ou polluer cette barrière de corail. L’ONG WWF Norvège milite depuis longtemps pour en faire une « zone sans pétrole », pour son importance écologique en matière d’oiseaux de mer, stocks de poissons et mammifères marins.

Ce sont en effet près de 70% de toutes les espèces de poissons des mers de Barents et de Norvège qui utilisent ces eaux comme nurserie, la présence de ces alevins fournissant par ailleurs la nourriture des phoques et des baleines.

Un sacrifice économique d’un côté, mais tout en sachant que d’autre part les îles Lofoten sont réputées pour leur beauté et attirent de nombreux touristes chaque année. Touristes qui auraient donc pu être moins attirés par des plateformes pétrolières…

Ed.W