Des milliers d'étoiles de mer se sont échouées sur la plage de Saint-Trojan-les-Bains sur l'Ile d'Oléron lors du dernier week-end de tempête où le vent soufflait à 50 noeuds dans le golfe de Gascogne / Photo Maison de la Nature de l'Île d'Oléron

Insolite 6 février 2019

Des milliers d’étoiles de mer échouées sur une plage de l’Ile d’Oléron

Des milliers d'étoiles de mer mortes se sont échouées à Saint-Trojan. Froid, salinité, tempête, activité humaine?

La plage est jonchée d’étoiles de mer mortes. Rouge, orangées, elles tapissent littéralement la plage de Gatseau à Saint-Trojan-les-Bains, sur l’Ile d’Oléron. « Je n’ai jamais vu autant d’étoiles de mer sur cette plage, s’étonne Annie Rétis, présidente de l’association de la Maison de la Nature de l’Ile d’Oléron. Des méduses, oui, mais jamais des étoiles de mer! »

Autour de l’Ile d’Oléron et dans le pertuis, les étoiles de mer prolifèrent puisqu’elles se nourrissent d’huîtres notamment.

Quand l’eau froid plonge soudainement

Sylvain Pincebourde, chercheur au CNRS et à l’Université de Tours a travaillé, deux ans en Californie sur la température interne de l’étoile de mer.  Il n’est pas étonné de voir s’échouer ces animaux sur l’Ile d’Oléron. « On voit ce phénomène sur toutes les côtes du monde. On le voit aussi durant l’hiver en Californie. »

« Elles deviennent inactives, se détachent du fond et se font emporter par les courants. »

« Là-bas, il résultait d’une combinaison de courants marins et de température. Ces échouages se produisent lorsque les couches d’eau de l’océan se mélangent soudainement, suite à de forts coups de vent à la surface. Les courants froids plongent et atteignent les étoiles de mer habituées à des températures plus douces. Elles deviennent inactives, se détachent du fond et se font emporter par les courants. En revanche, je n’ai jamais entendu dire qu’un tel événement pouvait être lié à une pollution. »

« Assez exceptionnel »

A La Rochelle, on pointe également du doigt les forts courants maritimes. Denis Fichet, maître de conférence en écologie marine à l’université de la Rochelle, estime que « Ça pourrait être dû aux courants marins. C’est assez exceptionnel ». Zachary Gaudin, de Ile d’Oléron Développement Durable Environnement (IODDE) affirme que ce phénomène est « occasionnellement observé sur Oléron. Les causes peuvent être liée à plusieurs paramètres ».

Irlande, Angleterre, Australie, Saint-Nazaire

Ce n’est pas la première fois que ce phénomène se produit mais il reste rare. En 2008, 2011 et avril 2015, il s’était déjà produit sur le littoral est du nord l’île, à Saint-Georges. On constate ce genre d’échouage massif d’étoiles de mer en 2009 en Irlande,en mars 2018 en Angleterre sur le littoral du Yorkshire ou en Australie en 2015 ou à Saint-Nazaire en 2014. Dans tous ces cas, les différents scientifiques locaux mettent en avant une tempête hivernale soudaine, sans pour autant écarter de manière certaine d’autres raisons comme une maladie. A l’embouchure de la Loire en 2014, Philippe Souchu, du laboratoire Environnement ressources Pays de la Loire, expliquait: « Il faut être très humble avec ce genre de phénomène: on n’explique pas tout. »

Gaëlle Richard