Aymeric Chapelier / Photo Christophe Breschi -Agence TBPresse

À la une

Aymeric Chapelier, dernier round avant la Route du Rhum

Un mois et demi après la Normandy Channel Race, Aymeric Chappellier s’apprête désormais à s’aligner au départ de la Drheam Cup – Destination Cotentin. Ultime round en mode course en solitaire avant la fameuse Route du Rhum – Destination Guadeloupe, l’épreuve va rassembler pas moins de 32 Class40 parmi lesquels les tous derniers-nés de la classe. Le match promet donc d’être intéressant à plusieurs titres pour le skipper d’AINA Enfance et Avenir qui profitera de l’occasion pour répéter ses gammes, poursuivre son travail sur le sommeil polyphasique, jauger la nouvelle concurrence et, bien sûr, conforter son statut d’homme fort de la série.

Après avoir multiplié les entraînements puis les sorties de relations publiques entre Lorient et La Rochelle, son port d’attache, Aymeric Chappellier se prépare donc à prendre part à sa dernière course en solitaire avant la Route du Rhum – Destination Guadeloupe puisque le 23 juillet prochain, il s’alignera, au départ de la Drheam Cup – Destination Cotentin, une grande course open au départ de la Trinité-sur-Mer et à destination de Cherbourg, via le phare du Fastnet, Wolf Rock et Shamble W, à proximité de l’île de Wight.

« C’est un parcours intéressant. Dans les grandes lignes ? Nous allons attaquer par un segment côtier lors duquel il va falloir jouer à la fois avec les effets de sites et les courants jusqu’à la pointe Bretagne, avec notamment les passages toujours délicats de la pointe de Penmarc’h et de la Chaussée de Sein. Suivra ensuite une belle partie offshore jusqu’au Fastnet avant de nouveau une belle phase côtière après les Scilly où il faudra notamment gérer un trafic assez dense avec déjà pas mal de fatigue accumulée. L’une des clés sera de réussir à rester lucide au maximum car fin juillet, en Manche, il pourra vraiment y avoir beaucoup de jeu au niveau météo », explique le skipper d’AINA Enfance et Avenir qui peut redouter un scénario proche de celui vécu lors de la Normandy Channel Race, une course qu’il a longtemps menée avant de se faire piéger dans la molle à une poignée de milles de l’arrivée.

Enfoncer le clou

« Ce sera bien, cette-fois, de ne pas se faire avoir dans la dernière journée », commente le Rochelais qui, pour mémoire avait terminé 3e de l’épreuve en double avec Fabien Delahaye, signant ainsi son 4e podium en quatre courses (depuis la mise à l’eau de sa monture en juin 2017). « Sur cette Drheam Cup, l’objectif, comme toujours, c’est la victoire. Toutes les forces en présence seront là, et notamment les nouveaux bateaux », souligne Aymeric qui affrontera, en effet, pour la première fois les tout récents Mach40.3 (sisterships du sien) de Nicolas Troussel et d’Arthur Le Vaillant, son équipier lors de la dernière Transat Jacques Vabre, mais aussi le Lift40 de Yoann Richomme. « Ce sera important de marquer les esprits. De continuer à être dessus et de réaffirmer sa position », indique le navigateur qui n’a cependant pas pour seul objectif de gagner. « Le parcours fait 736 milles. Ce sera parfait pour faire des enregistrements de sommeil, notamment dans la deuxième moitié où l’on pourra analyser le sommeil polyphasique. Cette Drheam Cup sera une parfaite répétition générale à bien des niveaux et comme je suis un peu resté sur la frustration de ma 3e place à Caen le mois dernier, j’ai vraiment les dents qui rayent le parquet. J’ai hâte de retrouver de la confrontation », termine Aymeric Chappellier. Les autres sont prévenus.

Rédaction Perrine Vangilve, Agence TBPresse