"Il faut continuer à y croire", Grégory Rondeau, responsable du bateau Blue Panda

À la une 20 juillet 2020

Voilier de la WWF dédié à la protection de la Méditerranée : Le Blue Panda

Cheveux au vent, engager les populations pour la protection de la Méditerranée.

Dans la Méditerranée, mer semi-fermée, la pollution au micro plastique est 4 fois plus élevée que dans les océans les plus pollués du monde, selon l’association WWF

Un voilier aux couleurs de la WWF sillonne la Méditerranée durant les mois de juin à novembre. Le Blue Panda navigue de Marseille à Tanger en passant par Istanbul et accoste dans les grands ports avec comme but de sensibiliser et de mobiliser les citoyens à protéger notre mer commune. 

Un bateau aux multiples activités

Le bateau sert de base logistiques et opérationnel pour des missions en mer de collecte de données. Dernièrement, les scientifiques ont étudié, dans le Sanctuaire de Pelagos, l’impact de la pollution plastique sur les cétacés. 

Le bateau part à la rencontre des populations dans les différents ports de la Méditerranée afin de les sensibiliser aux menaces qui pèsent sur la mer et ses animaux, montrer les actions mises en place pour protéger cet environnement, discuter, informer, mobiliser, engager.

Des actions qui comptent 

Le Blue Panda permet de mettre en lumière de façon plus concrète le travail réalisé en mer et la vie des marins et des équipes à bord de l’équipe, ce qui lui confère un pouvoir attractif important et crée, ainsi, des conditions d’écoute et d’attention idéales.

Les initiatives comme le Blue Panda permettent de documenter avec précision l’impact de la pollution plastique en Méditerranée, de sensibiliser et de mobiliser les populations alentour à ce combat qui doit se mener conjointement. Beaucoup de choses restent à faire pour changer notre modèle de consommation et permettre d’assainir durablement la Méditerranée, mais comme l’exprime Grégory Rondeau, responsable du bateau Blue Panda, « Il faut continuer à y croire ». 

Marion Lasbouygues