Matmut doit arriver mardi à 9 heures / Photo Matmut, Christophe Favreau

Nautisme 28 janvier 2019

Van Den Heede, arrivée demain matin vers 9heures

Le skipper Jean-Luc Van Den Heede devrait couper la ligne d'arrivée de la Golden Globe Race demain, mardi, vers 9h. Il sera à 9h30 dans le chenal des Sables d'Olonne

Pour le Français Jean-Luc Van Den Heede, son ultime tour du monde touche à sa fin. Il vit sa dernière nuit en mer. Après plus de 210 jours de mer, il se trouve actuellement à 96 milles des Sables d’Olonne. Il devrait couper la ligne d’arrivée vers 9 heures et se trouver dans le chenal à 9h30.

« En très bonne forme »

Son équipe de course s’est approché de lui samedi matin. Son « boat coach », Lionel Régnier, raconte. « Nous sommes arrivés sur lui, samedi vers 6 heures, à 400 milles au large. Nous sommes restés à côté de lui, mais à bonne distance tout de même, jusqu’à 13 heures. Nous avons communiqué par radio. De ce que j’ai pu apercevoir et de la voix qu’il avait, je l’ai trouvé en très bonne forme, autant physiquement que moralement. Le bateau aussi est en très bon état, hormis le mât. »

Des photos poignantes

Dans l’équipage parti à la rencontre du navigateur, le photographe de mer, Jacques Vapillon, a pu réaliser des clichés « très rares lorsque l’on couvre des courses à la voile », dit-il. Un brin éreinté par les 50 noeuds de vent et les creux qui ont secoué le bateau durant le trajet, le photographe pourtant rompu à l’exercice, avoue son émotion. Il a dû travailler dans des conditions très difficiles et avec une lumière capricieuse. En vieux loup de mer, il a su capter le rayon de soleil au moment précis où il perce la couche nuageuse pour illuminer le geenaker et la grand-voile sous deux ris de Jean-Luc Van Den Heede.

Dans le port des Sables d’Olonne, le boat coach de Jean-Luc Van Den Heede, Lionel Régnier, s’affaire à régler tous les menus détails de l’arrivée / Photo G.R.

A terre, on s’active

Son équipe est en train, et jusqu’à ce soir tard, de régler toute l’organisation de son arrivée, les embarquements des sponsors de Matmut, le protocole d’arrivée, les demandes de la presse, et la prise en charge du skipper pour ses premières heures sur la terre ferme.

Gaëlle Richard