• Save
Lac Sainte Marie, image via Pixabay

Environnement 4 décembre 2019

Une visite à ne pas manquer : les Grands Lacs d’Amérique du Nord

Les Grands Lacs d’Amérique du Nord forment une sorte de frontière entre les États-Unis et le Canada. Ce qui est intéressant, c’est qu’ils forment le groupement de lacs constitué d’eau douce le plus étendue au monde. Lorsque l’on associe ce groupement au fleuve Saint-Laurent (qui est l’émissaire du lac Ontario), ce premier représente alors environ 18% des réserves mondiales en eaux douces. Mais quels sont ces lacs ? Comment sont-ils apparus ? Quelle est leur importance ?

  • Save
Carte des lacs ©Acme-eau.org

L’histoire des Grands Lacs

D’après les informations obtenues par les spécialistes, les Grands Lacs ont vu le jour vers la fin de la dernière ère glaciaire. C’est donc environ 10 000 ans plus tôt, lors de la glaciation du Wisconsin, qu’ils se sont formés lorsque l’inlandsis laurentidien s’est reculé en laissant derrière lui d’importantes quantités d’eau provenant de la fonte des glaces. Ce qui est intéressant, c’est que sur les cinq lacs qui forment le groupe des Grands Lacs de l’Amérique du Nord, quatre d’entre eux chevauchent la frontière américano-canadienne, et donc un seul d’entre eux se trouve exclusivement sur le territoire des États-Unis.

En réalité, d’autres lacs se trouvent à l’intérieur de cet espace géographique. Il est par exemple possible de citer le lac Sainte-Claire qui se situe entre les lacs Érié et Huron. Toutefois, celui-ci est bien moins imposant, c’est d’ailleurs pour cette raison qu’il n’est pas considéré au même niveau que les autres et qu’il n’est jamais mentionné comme appartenant aux Grands Lacs de la partie nord du continent américain. Finalement, c’est plusieurs milliers de lacs de taille modeste à petite que l’on peut observer sur ce territoire servant de frontière aux deux pays.

  • Save
Lac Michigan Gelé ©Clima Extremo – Severe Weather Europe

Durant la période de colonisation du Nouveau Monde, les lacs représentèrent une méthode particulièrement efficace pour le transport des hommes et des marchandises. Cette utilisation fut rapidement renforcée par la création de nouvelles voies de support et par le développement économique de ces zones.

L’importance pour l’écosystème local et leur préservation

La région des Grands Lacs est dotée d’un climat que l’on pourrait considérer d’unique. En anglais, ce phénomène est généralement nommé le « lake effect ». Mais pour faire simple, il est régi par des facteurs météorologiques qui sont au nombre de quatre. La zone connaît des masses d’air en provenance d’autres régions. En période estivale, des dépressions ont tendance à se former et à laisser la place à l’humidité et à la chaleur mexicaine. En hiver, d’autres dépressions apportent des tempêtes de neige et des températures glaciales. Près des rivages, cependant, le climat est bien plus tempéré. De plus, ces zones offrent une faune et une flore tout bonnement incroyable que l’on ne trouve que difficilement ailleurs.

  • Save
Lac Huron ©Thinkstock

Malheureusement, l’exploitation intensive de cette zone connaît différentes conséquences dramatiques comme la hausse drastique de la pollution. Pour remédier à cette situation, il est primordial de protéger la zone de cet écosystème en préservant sa biodiversité sortant du commun afin de protéger ce groupement de lacs. C’est ainsi qu’un accord fut mis en place entre le Canada et les États-Unis, en 1972, afin de garantir la protection et la préservation des Grands Lacs. L’importance est alors d’apporter des solutions pour faire face aux nouveaux enjeux environnementaux qui ne cessent de se présenter aux différents gouvernements. Ce traité se nomme l’Accord relatif à la qualité de l’eau des Grands Lacs.

Les 5 grands lacs d’Amérique du Nord

  • Le lac Supérieur : Au XVIIe siècle, il portait les noms de lac de Condé, lac Almepigou ou encore lac Tracy. Il est le plus grand lac du groupement avec une superficie de 82 350 km2 ce qui en fait le plus grand lac d’eau douce au monde. Il est à cheval sur la province de l’Ontario au Canada, mais également sur les états du Minnesota, du Wisconsin et du Michigan. Il se jette dans le lac Huron.
  • Le lac Michigan : Au XVIIe siècle, il portait les noms de lac des Illinois, lac Michigami, lac Dauphin ou encore lac des Puans. Il est le seul qui se situe exclusivement aux États-Unis et il se trouve sur les états du Wisconsin, du Michigan, de l’Illinois et de l’Indiana.
  • Le lac Huron : Au XVIIe siècle, il portait les noms de lac des Hurons, lac Karegnondi, lac des Algonkins, lac Michigange ou encore lac d’Orléans. Géologiquement parlant, son étendue d’eau est la même que celle du lac Michigan. Ils sont uniquement séparés par le détroit de Mackignac.
©Environnement et Changement climatique Canada
  • Le lac Érié : Au XVIIe siècle, il portait les noms de lac Téjocharontiong, lac de Conty, lac du Chat, lac Orswego ou encore lac Okswego. Il se distingue par trois zones dont la profondeur est bien distincte. Il se déverse dans l’Ontario par le biais de la rivière et des chutes du Niagara.
  • Le lac Ontario : Au XVIIe siècle, il portait les noms de lac Frontenac, lac Skaniadorio, lac Saint-Louis, lac Cataraqui ou Katarakui. Il est le plus petit des Grands Lacs d’Amérique du Nord, mais se place tout de même au 14e rang mondial. Il sert de frontière aux deux pays et son émissaire est le fleuve Saint-Laurent.
Ed. W.
  • Save
Share via
Copy link
Powered by Social Snap