fbpx
Le Mollisquama mississippiensis, une nouvelle espèce de "requin de poche", identifié par les chercheurs de l'Université de Tulane (États-Unis) Crédit : Michael Doosey / Université de Tulane

Découverte & Recherche 1 août 2019

Un requin qui émet de la lumière ?

Cette espèce a été découverte il y a quelques temps par des chercheurs américains.

Le monde sous-marin n’a pas fini de nous étonner, au point ou nous continuons de découvrir régulièrement de nouvelles espèces. Dernièrement, un groupement de chercheurs ont révélé l’existence de requins émettant de la lumière. Retour sur cette surprenante découverte. 

L’animal a été découvert dans les eaux du Mexique.

Ce sont des scientifiques américains qui ont dévoilé la grande nouvelle : en effectuant des recherches dans les eaux du Golfe du Mexique, ces derniers ont eu l’immense surprise de découvrir un requin lumineux. Le Mollisquama mississippiensis a été surnommé « requin de poche » en raison de sa petite taille : 14 centimètres, tout au plus. Il ne s’agit pas du premier spécimen de « requin de poche », le premier et unique spécimen du genre avait été découvert en 1979 dans le Pacifique, à la seule différence que celui-ci n’émettait aucune lumière. 

Le petit carnivore découvert récemment, est pourtant lui, bien équipé d’une glande, située sous les ailerons avant, et contenant un liquide bioluminescent. Ce requin de poche découvert dans le Golfe du Méxique était également équipé de très petits organes photophores sur l’ensemble de son corps.

Via francebleu.fr

Ce dernier diffuse donc de la lumière dans le but d’intriguer ses futures proies : les petits poissons ou crustacés sont irrémédiablement attirés par cette lueur peu commune. Le requin a ainsi tout le loisir de leur attraper de manière furtive.

Les scientifiques s’interrogent actuellement sur les raisons expliquant que les deux seuls spécimens d’une même espèce découverts à ce jour aient été trouvés à plusieurs centaines de kilomètres de distance, bien que ces requins aient la particularité de vivre dans des eaux peu profondes. 
Cette découverte démontre ainsi, et à juste titre, l’ensemble de nos méconnaissances du monde marin en général, et du Golfe du Mexique en particulier. 

Ed.W