Des tonnes de plastiques dérivent au large de la Corse / Via wwf.fr

Environnement 30 mai 2019

Un îlot de déchet enlaidit le large de l’île de beauté

Ce mercredi matin, 22 mai 2018, la Mer Méditerranée se réveille souillée et vaseuse.

Au fil des semaines passées, les va-et-vient de la Mer ont amassées puis déversées non pas des kilos, mais des tonnes de déchets plastiques. Sur plusieurs dizaines de kilomètres de l’île d’Elbe à la Corse, les navires des pêcheurs ont pu apercevoir le spectacle effarant.

Des dizaines de kilomètres pour un phénomène récurrent

Comme le rapporte François Galgani, responsable de l’Ifremer à Bastia, au quotidien France Bleu, « C’est une situation chronique, c’est-à-dire que la disposition des courants fait que régulièrement on a de très fortes concentrations dans cette zone-là (…) » Le phénomène n’est pas permanent, mais plutôt récurrent et fluctue au rythme des courants qui proviennent du sud de l’Italie, dérivent face à l’archipel toscan puis rejoignent le canal de la Corse.

« Cette masse de déchets ne sera pas nettoyée »

Mais François Galgani s’inquiète. Selon lui cette masse de polluants provoquée par l’incivisme de l’Homme ne sera donc pas nettoyée car « les déchets qui flottent ne sont pas recyclables car très dégradés », et en cela même n’apporteraient aucune valeur contrairement à une nappe qui se formerait sur les plages qui impacterait directement le patrimoine français.

La faune de la Méditerranée en danger

En 2015 déjà, le rapport du Plan d’Action pour la Méditerranée Convention de Barcelone Programme des Nations Unies pour l’Environnement, alertait sur la situation du bassin : « en raison du passage de 30 % du trafic maritime mondiale, la Méditerranée est décrite comme l’une des zones les plus touchées par les déchets marins dans le Monde.  » Le document révèle que plus de 180 espèces marines absorbent des fragments plastiques responsables de l’obstruction du tube digestif et de la mort des tortues marines.
Pourtant, en 2019, la préfecture maritime de Méditerranée continue de s’alarmer « on n’a que très peu de moyens d’action sur ces phénomènes catastrophiques et la seule solution à cette problématique se situant « en amont, par de la prévention et une prise de conscience. »

 

 

En 2021, l’interdiction de plusieurs polluants plastiques

Une nouvelle série de lois plus strictes ont été lancées par l’Union Européenne : « assiettes, couverts, tiges et cotons-tiges en plastique à usage unique seront interdits d’ici à 2021 ». Objectif ultime : une collecte de 90 % des bouteilles en plastique d’ici à 2029.

Mais, le doute subsiste: ces mesures seront-elles suffisantes ?

Ed.W