Le stock de coquilles saint-jacques diminue dans la zone non-réglementée / Photo J.Tiberi via Pixabay CC0

Pêche 22 novembre 2018

Si la pêche n’est pas réglementée, la saint-jacques disparaît

Les chiffres de cet été démontrent une très nette différence de stock de coquilles entre la zone réglementée et non-réglementée

La coquilles saint-jacques en Baie de Seine vit selon une véritable ligne de démarcation. Entre la pointe du Havre et celle de Barfleur, la ligne rouge délimite deux situation totalement opposées.

Régle/Stock CQFD

Au sud de cette ligne, la pêche à la coquille saint-jacques est réglementée. Les stocks doublent quasiment entre cet été et l’été dernier. Au nord, sur la zone intitulée « proche extérieur », elle ne l’est pas. La réserve diminue de moitié. CQFD.

Stock: une différence catégorique

Au sud de la ligne Le Havre-Barfleur, nous l’avons déjà écrit, le stock de coquilles se régénère vitesse Grand V. Dans ce bassin où la pêche obéit à la loi, l’Ifremer constate, selon les chiffres de l’été 2018, une « situation excellente ». Là, le stock atteint 63.600 tonnes, loin devant le niveau de 2017: près de 48.600 tonnes.

Or, il suffit de passer la ligne pour tomber dans le scénario totalement inverse. Dans la zone « proche extérieur », non réglementée, le stocks de coquillages fondent comme neige au soleil.  » La situation est moins favorable juste à l’extérieur de la baie de Seine » se contente de souligner l’Ifremer. Pour le moins!

La biomasse totale dépasse à peine 7.800 tonnes alors qu’elle était de 18.800 tonnes l’été dernier, en 2017…

La situation est sans équivoque. Les chiffres relevés par les campagnes d’évaluation des stocks de l’Ifremer apportent la preuve par neuf de l’utilité de la réglementation et des efforts réalisés par les pêcheurs pour maintenir la réserve.

La pêche respecte la loi française

Les Français ne peuvent pêcher qu’entre le 1er octobre et le 15 mai alors que leurs voisins britanniques ne sont pas soumis à une réglementation dans le temps. En Baie de Seine, autorisée seulement d’octobre à avril, la pêche est désormais limitée à 45 minutes deux fois par semaine.

Gaëlle Richard