La traversée de Greta Thunberg // Photo libre de droits

Environnement 6 septembre 2019

Retour sur la traversée de Greta Thunberg

La jeune activiste suédoise est arrivée à New York le 28 août, après quinze jours de voyage à bord d'un voilier.

La nouvelle égérie de la protection de l’environnement

Âgée de 16 ans, Greta Thunberg n’a pas fini de faire parler d’elle. L’activiste est aujourd’hui connue dans le monde entier pour avoir lancé le mouvement Friday for Future : une grève des écoliers ayant lieu chaque vendredi, ou ses derniers se rassemblaient devant le Parlement Suédois pour protester contre l’inaction du gouvernement face à l’urgence écologique. Greta Thunberg a également été invitée à prononcer un discours en faveur de la protection de l’environnement lors de la conférence de Katowice de 2018 (COP24). Son combat et son engagement lui ont déjà valu plusieurs prix et récompenses, dont une nomination au prix de Nobel de la Paix.

Une arrivée remarquée aux États-Unis

La jeune activiste est invitée à participer au sommet du climat de l’ONU, qui aura lieu le 23 septembre, à New-York. Pour y arriver, la Suédoise a refuser de prendre l’avion, afin d’assurer l’adéquation entre ses valeurs et ses actes. Ainsi, Greta Thunberg a choisi de relier son point de départ, Plymouth, en Grande Bretagne, à New York, aux États-Unis, à l’aide d’un voilier zéro émissions de carbone, le Malizia II. Ce dernier lui a été fourni gratuitement par Pierre Casiraghi, fils de Caroline de Monaco, qui fut également le skipper de l’expédition. Le voyage comprenait ainsi quatre personnes à bord, dont Greta, son propre père, Pierre Casiraghi, ainsi que le navigateur allemand Boris Herrmann.

L’équipe a ainsi quitté les côtes européennes le 14 août dans l’objectif de rejoindre Manhattan une quinzaine de jours plus tard. Le voilier a ainsi approché le continent américain le 26 août, mais fut retardé dans sa progression par des vents contraires de près de 30 noeuds. Mercredi matin suivant, Greta Thunberg twitta : « Terre! Les lumières de Long Island et de New York devant nous», afin d’annoncer son arrivée. La dernière ligne droite de son périple fut accompagné par 17 voiliers défrettés par l’ONU, chacun représentant un objectif fixé par cette réunion internationale en faveur de la sauvegarde de l’environnement. Quelque 300 personnes et des dizaines de journalistes étaient présentes pour l’arrivée final de l’équipage, qui fut acclamé par la foule.

Seule ombre au tableau : une polémique est en train de naître quant aux modalités de rapatriement en Angleterre du voilier Malizia II. En effet, le navigateur Boris Herrmann a précisé que des personnes prendraient l’avion jusqu’à New-York afin de récupérer le voilier et d’assurer son retour en Europe. Cette information n’a pas été démentie par Greta Thunberg, qui a avoué ne pas encore avoir décidé de son moyen de retour au pays. Affaire à suivre.

Ed.W