Nautisme 5 juin 2018

La Tall Ships Regatta met le cap sur Bordeaux

Les six grands voiliers viennent de quitter Dublin. Ils seront à Bordeaux entre le 10 et le 14 juin

La régate des grands voiliers quitte la mer d’Irlande, cap au sud, léchant l’est du golfe de Gascogne. Point d’aterrissage la BXA, la bouée marquant l’entrée de l’estuaire de la Gironde. Six grands voiliers engagés dans la Tall Ship Regatta arriveront à Bordeaux entre le 10 et le 14 juin selon leur vitesse.

Hier, ils ont effectué une parade à Dublin. Ils partent aujourd’hui pour dix jours de mer, pas forcément de tout repos. A bord des ces voiliers traditionnels, le confort reste rudimentaire.

Six voiliers sont engagés dans la régate, dont un bordelais, Arawak, habituellement amarré au ponton de Lormont en Garonne.

Sur la ligne de départ

Arawak, 20,83 mètres

  • Arawak: 20,83m de long, construit en bois en 1954, ancien thonier breton, plusieurs reconverti, saisi par la douane pour contrebande, il devient un outil de mixité sociale par la navigation et de découverte des cétacés et des oiseaux. Il est géré par plusieurs copropriétaires qui le font naviguer et mettent un point d’orgue à proposer de nouveaux horizons aux jeunes en mal de repères.

Atyla, 24,28 mètres

  • Atyla: 24,28m, construit en bois à la main entre 1980 en 1984, cette goélette espagnole associe l’enseignement des techniques traditionnelles de navigation sur voiliers à des ateliers de développement personnel innovants axés sur le travail d’équipe, la citoyenneté mondiale et la sensibilisation à l’environnement.

Belem, 58 mètres

  • Belem: 58m, construit en 1896, en acier pour le transport du cacao au Brésil. Il est l’un des plus anciens trois-mâts d’Europe commandé par Aymeric Gibet et Gweltaz Thirion. Classé au monuments historiques, le trois-mâts barque est aujourd’hui navire-école et propose des stages de voile.

Belle Poule, 37,50 mètres / Photo Richard Tanguy via Flickr

  • Belle Poule, 37,50m, construit en 1932 comme son sister ship L’Etoile, pour aller pêcher la morue au large de l’Islande. Ce sont des répliques des goélettes de Paimpol  qui naviguaient de la côte nord de la France jusqu’en Islande à la fin des années 1800. Aujourd’hui, la Belle Poule appartient à l’Ecole navale de Lanvéoc en Bretagne.

De Gallant, 27,20 mètres

  • De Gallant, 27,20m, construit en 1916 aux Pays-Bas. Ce lougre sert à la pêche au hareng en mer du Nord jusqu’en 1936 avant de faire du transport de marchandises. En 1987, il est restauré pour un projet d’enseignement et d’expérience professionnelle pour les jeunes à Amsterdam.

Morgenster, 38,04 mètres

  • Morgenster, 38,04m, construit en 1919 aux Pays-Bas pour la pêche au hareng. Il  a été vendu à un chanteur de Rotterdam qui aurait préparé le navire pour un piratage à l’éther, emprisonné quelques temps. Racheté et restauré en 1983, il navigue avec 36 stagiaires à bord. Il est l’un des plus importants, avec le Belem, de la flotte qui arrive à Bordeaux.

Pour suivre la course

Sans être embarqué, les terriens pourront malgré tout suivre la régate en se connectant au site spécialisé de la Tall Ship.

Un invité surprise

Le trois-mâts russe Kruzenshtern sera présent mais pas engagé dans la régate. Avec ses 114 mètres de long il est le bateau le plus imposant de l’escouade. D’autres bateaux, plus ou moins grands, seront amarrés aux quais du centre-ville sur 1,2km. La grande parade de départ est prévue le 18 juin à 11 heures.