Lifestyle 27 octobre 2020

Non, ce n’était pas le radeau, De la Méduse, ce bateau

Une nouvelle oeuvre charismatique au MMM dans l'espace consacré aux réfugiés.

Les mots de ce grand parolier qu’était Georges Brassens n’ont jamais eu plus de sens que lorsque l’on parle de la nouvelle oeuvre de Gérard Rancinan qui est exposée actuellement au Musée Mer Marine de Bordeaux. 


En effet si dans la fameuse chanson le bateau « naviguait en pèr’peinard », dans cette ré-interprétation de l’oeuvre de Géricault, c’est tout le contrainte. Inauguré ce jour dans le parcours permanent par Gérard Rancinan et Norbert Fradin le fondateur du Musée Mer Marine. 


L’oeuvre nous confronte à une réalité beaucoup plus sombre et bien trop souvent oubliée. Celle de milliers de migrants qui, quotidiennement, tentent de traverser la mer Méditerranée sur des embarcations bien souvent trop chargées et qui malheureusement n’atteindront jamais le rivage. 

Lorsque l’on est face à l’immensité de cette ré-interprétation qui avoisine l’envergure de l’oeuvre originale (soit près de 5m par 7), on s’interroge, on s’indigne, on se révolte aussi  et surtout on se dit que l’on est toujours peu de chose face à la grandeur de l’océan.