fbpx
Etienne, passionné de voile depuis l'enfance et épileptique, a frôlé la mort pour pouvoir vivre sa passion / Marjorie Michel

Nautisme 14 juin 2018

La Tall Ships d’Etienne, trépané pour vivre sa passion de la voile

[LA CARTE BLANCHE de...]

...Marjorie Michel, journaliste et navigatrice sur la Tall Ships

Etienne, 22 ans, Québécois. Passionné, il pratique la voile avec ses parents depuis son plus jeune âge. Il aime la sensation de liberté que lui procure la navigation. Plus petit, ce fut aussi une échappatoire.

Épileptique, il était victime de crises régulières sérieuses, ce qui le rendait différent aux yeux de ses camarades. Il a longtemps souffert de moqueries et de discriminations au point de réfléchir à plusieurs scénarii pour mettre fin à ses jours quand il avait entre 7 et 10 ans. Et puis un jour la crise de trop alors qu’il est sur l’eau, il est resté 30 secondes la tête dans l’eau. Il est alors privé de sa passion alors que, ironie du sort, ses parents viennent justement d’acheter une maison près du fleuve. C’est une épreuve terrible.

Il prend la difficile décision de la trépanation alors qu’il n’a que 50 % de chance de réussite. Il risque la paralysie, une méningite et autres conséquences irrémédiables. Le 29 août 2015, il subit une opération lourde de 5 heures et demi, au sortir maux de tête, trous de mémoire, troubles du langage, bégaiement. Mais petit à petit, il récupère et se remet à pratiquer la voile dès qu’il le peut.

Il a racheté le bateau de ses parents vendu en 2000. En 2017, il fait une transat entre Halifax et le Havre à bord d’un vieux voilier. Il sait maintenant qu’il veut en faire son métier, son but ultime serait de faire le Vendée Globe. Dans un premier temps, il aimerait intégrer un équipage et faire du convoyage vers les Antilles. Ce qui lui plaît le plus, c’est l’ascension de la mâture, voir le monde depuis le haut du mât, contempler le coucher du soleil, se sentir tout petit.

A bord tout le monde est utile, chacun joue un rôle important et se trouve sur un pied d’égalité. Vivre ce genre d’expérience, c’est ralentir le temps, prendre du recul et sortir de sa zone de confort. Pour lui la voile est une école de la vie, un bon moyen d’apprendre sur soi-même et sur les autres, un révélateur de caractères.