bouteille verre sable oiseau
Journée mondiale du recyclage / Image libre de droits

Environnement 7 mars 2019

La journée mondiale du recyclage

Bien qu'il s'agisse d'un important sujet d'actualité, beaucoup de citoyens ne considèrent pas le recyclage à sa juste valeur et n'appliquent que trop peu de gestes écologiques, pourtant indispensables à la préservation de la biodiversité marine.

La journée mondiale du recyclage, le 18 mars prochain, se présente donc comme l’opportunité idéale de renforcer cette sensibilisation.

Causes et impacts de la pollution marine

À titre d’exemple, 50 % des 6.5 millions de tonnes de déchets rejetés au sein de nos océans sont composés de plastique. Précisons d’ailleurs que seuls 9 % des déchets plastiques sont réellement recyclés et qu’une seule bouteille d’eau à usage unique mettra plus de 450 ans à se dégrader. Il est important d’ajouter qu’au sein des pays en développement, les chiffres de la pollution marine sont absolument édifiants, car 90 % des eaux usées quotidiennes et industrielles sont directement rejetées dans les océans.

Ces problématiques de recyclage ont un impact direct et désastreux sur l’environnement marin. À l’heure actuelle, 660 espèces sont directement touchées par la pollution marine.
À titre d’exemple, les oiseaux côtiers peuvent se retrouver avec l’estomac totalement obstrué par des résidus de plastiques. Les tortures de mers confondent régulièrement les sacs plastiques avec les méduses et s’étouffent en les ingérant. De nombreuses espèces de poissons s’éteignent progressivement dus à la contamination de leur nourriture et de leur environnement, envahis par des micro-plastiques, qui touchent directement les organismes vivants « filtrants » tels que certains mollusques, jusqu’aux plus imposants des cétacés.

Ces informations, tout sauf anecdotiques, deviennent alarmantes lorsque sont traduites en chiffres. C’est ainsi que chaque année, la pollution marine est tenue pour responsable de la mort de plus de 100 000 individus marins.

Le journal Les Échos ont par ailleurs publié cette vidéo, résumant parfaitement la situation actuelle.

 

 

Enfin, il existe une conséquence de la pollution humaine marine bien moins populaire, mais néanmoins très préoccupante pour la préservation des mers et océans. Les nombreux déchets plastiques dérivant au sein des espaces maritimes sont potentiellement porteurs de bactéries, organismes unicellulaires, insectes ou de vers. La migration de ces organismes, porteurs de pathologies diverses, risque de déséquilibrer en profondeur le fragile écosystème maritime, et représente ainsi des dangers pour la faune, la flore, mais également pour les humains.

Ed.W