fbpx
Grande Galerie de l'Évolution, Image via Pxhere

Économie 15 octobre 2019

Collision en mer du Japon, 60 personnes rescapées

Le patrouilleur Okini a heurté lundi un bateau nord-coréen ayant transité dans la Zone Economique Exclusive de la mer du Japon. Ce n’est pas la première fois qu’une collision se produit dans cette zone sous haute surveillance. Les garde-côtes de l’archipel nippon ont enregistré près de 225 embarcations naufragées sur les lieux, en 2018. Il s’agit pour la plupart de bateaux fantômes pratiquant de la pêche illégale. Retour sur les faits.

Le lieu de la collision avec un bateau de pêche japonais, © Japan Coast Guard via Jiji Press / Handout

Collision avec un patrouilleur nippon

Un accident s’est produit sur les côtes longeant le nord de la mer du Japon. Selon les infos officielles rapportées par l’Agence japonaise de la pêche, ils seraient 60 membres de l’équipage à vivre le cauchemar lorsque leur embarcation de pêche a percuté le patrouilleur Okini après un demi-tour tardif qui aurait aggravé la collision.

L’accident a eu lieu à près de 350 km au nord-ouest de la péninsule de Noto, plus exactement dans la Zone Économique Exclusive de l’archipel japonais. L’intensité de la collusion a fait chavirer le bateau nord-coréen et a renversé par l’occasion près d’une vingtaine de personnes. Selon la chaîne publique japonaise NHK, le patrouilleur Okini a dû intervenir pour neutraliser l’embarcation après de multiples messages d’avertissement. Cependant, l’intervention a provoqué cet accident.

Par chance, l’accident n’a causé ni de morts ni de blessés. Les 60 membres de l’équipage ont été secourus et transférés sur un autre bateau nord-coréen. Un tel incident se produit souvent dans la zone protégée ZEE. Selon la NHK, la ZEE est envahie par des embarcations étrangères réalisant souvent des opérations illégales.

Carte du Japon

Les mesures de surveillance se renforcent

Suite à cet incident, le ministre japonais Shinzo Abe entend renforcer les actions pour limiter l’intrusion des bateaux fantômes, dont la majorité pratique de la pêche illégale. Il entend renforcer les patrouilles et multiplier la chasse aux intrus pour assainir la zone.
En effet, la pêche illégale demeure importante dans la mer du Japon. L’accroissement de la flotte maritime entraine une perturbation de l’écosystème maritime et une diminution de la biomasse. La multiplication des prises entraine une baisse du rendement sur l’année. L’épuisement de la réserve encourage ainsi le pillage des eaux profondes et la pêche sauvage. Sans compter la dégradation de l’eau infestée de poissons morts et polluée de carburant.

© PHOTO YURI MALTSEV, REUTERS
Ed. W.