L'un des bateaux de la flotte méditerranéenne de click and Boat / Photo Click and Boat

Économie 19 juillet 2018

Click and Boat parie sur le potentiel de la Nouvelle-Aquitaine

Le "Air B&B du bateau", qui vient de lever 4 millions d'euros, s'attaque au potentiel nautique de la Nouvelle-Aquitaine

Click and Boat, plateforme de location de bateaux entre particuliers (désormais ouvert aux loueurs), est en pleine expansion. En 2018, le navigateur François Gabart, recordman du tour du monde en solitaire à la voile, en est le parrain et actionnaire. Il a rejoint les deux co-fondateurs de Click&Boat dans l’aventure. Mi-juin, la société annonce une retentissante levée de fonds de 4 millions d’euros pour accélérer son développement à l’international. Le principe: permettre  à des propriétaires de rentabiliser leur bateau, et à des locataires de naviguer à moindre coût.

Click and Boat propose aujourd’hui 22.000 bateaux à la location dans plus de 25 pays, dont le bateau personnel du grand navigateur François Gabart, parrain et actionnaire.

Nouvelle-Aquitaine, nouvel el dorado de la plaisance

L’entreprise s’attaque au littoral de Nouvelle-Aquitaine, « en raison du potentiel nautique de cette région » affirment les patrons, Edouard Gorioux et Jérémy Bismuth. Ils listent les constats:

  • la région compte des ports « figures de proue »: La Rochelle, le Cap Ferret, Arcachon, Royan, Biarritz, l’ile de Ré, Oléron
  • la plaisance y prend « une ampleur considérable »; la plateforme  fait naviguer 25000 personnes dans la région
  • la Nouvelle-Aquitaine reste une des régions françaises où la location de bateaux fonctionne le mieux
  • Click an Boat loue des bateaux dans 18 ports de la région
  • il y a 550 propriétaire enregistrés

La plateforme constate que « plus de 25% des locataires Click&Boat sont étrangers avec une prédominance de clients anglophones et hispanophones ». La co-navigation (le propriétaire du bateau reste à bord et assure le rôle de capitaine), « son potentiel de séduction
est lui aussi important comme en témoigne ce pourcentage de 11% des réservations l’année dernière ».

40 millions d’euros pour les propriétaires

Edouard Gorioux et Jérémy Bismuth, passionnés de navigation, ont mis en place Click and Boat en 2014. Ils travaillaient dans un cabinet de conseil à Paris la Défense. « Nous nous sommes rendu compte que beaucoup de propriétaires de bateaux ne naviguent pas suffisamment pour amortir car posséder un bateau coûte cher » raconte Edouard Gorioux.  Ils créent alors une plateforme mise en relation entre propriétaires et skippers potentiels.  Aujourd’hui ils sont 75 collaborateurs. En 2017, Click and Boat a reversé 40 millions d’euros à aux propriétaires de bateaux . Le modèle économique fonctionne sur le fait que la plateforme garde 15% de commission sur chaque location. Ses clients sont Français, Italiens, Espagnol, Allemands et anglophones.

Doubler l’activité

Depuis décembre dernier, Click and Boat accueil des loueurs professionnels. Aujourd’hui, le parc d’offre de location est partagé équitablement entre professionnels et particuliers. « Les clients peuvent choisir: les gammes les plus élevées, les catamarans de plus de 40 pieds sont très difficiles à trouver hors loueurs. Les particuliers, ont l’avantage d’être plus de 30% moins cher. Un pro offre parfois une palettes de services plus importante (avitaillement, voiture aéroport) mais on aime aussi la convivialité du particulier qui vous parle avec passion de son bateau, de ses coins. Ce sont donc deux offres très complémentaires » plaide Edouard Gorioux.

L’objectif en 2018: double l’activité et le nombre d’utilisateur, comme c’est le cas depuis trois ans. La plateforme va ouvrir des nouvelles zones géographiques en scandinavie et aux Etats-Unis.

Le bateau de François

François Gabart est devenu actionnaire de Click and Boat en 2018. Le parrain rêvé d’une entreprise, il y loue son bateau personnel. « Cela s’est fait par hasard, explique Edouard Gorioux. Au début, on a vu un propriétaire prénommé François s’inscrire avec son bateau avec une photo de profil qui lui ressemblait. On l’a appelé comme on fait toujours. De fil en aiguille on est devenus proches , il a décidé de s’investir avec nous. »

Gaëlle Richard