Le paquebot Afrique fut le linceul de plusieurs dizaines de tirailleurs sénégalais

Patrimoine 11 janvier 2019

99 ans après le naufrage de l’Afrique au large de l’île de Ré

Considéré comme une grande tragédie maritime française, le naufrage de l'Afrique, il y a 99 ans, en débat samedi au Musée mer Marine de Bordeaux

Samedi, au Musée Mer Marine de Bordeaux, on plonge dans l’histoire. Celle du paquebot Afrique qui sombra, le 12 janvier 1920 au large de l’île de Ré. Sur les 791 personnes à bord, 36 seulement eurent la vie sauve. Parmi les passagers 192 soldats de l’armée coloniale, tirailleurs sénégalais pour la plupart devaient rentrer chez eux.

La mémoire de tirailleurs sénégalais

Le paquebot Afrique assurait la liaison Bordeaux-Dakar durant la Première Guerre mondiale. En 1920, le conflit achevé, le quotidien reprend son cours et les soldats rentrent en Afrique.

Le vendredi 9 janvier à 19h, le paquebot appareille de Bordeaux. Dès le lendemain, l’eau s’infiltre dans la cale de la chaufferie. Le vent forcit, la tempête ne laisse aucun répit au navire. Le commandant Le Dû, pourtant expérimenté, demande des secours par radio le 11 janvier. A 21 heures, l’eau envahit les machines et la chaufferie. A 22 heures, il heurte une bouée, à minuit les embarcations sont mises à l’eau. A 3 heures, l’Afrique émet un dernier message: « Je sombre… Suis exactement entre les roches des Barges, le banc de Rochebonne et les Baleines à la pointe nord de l’île de Ré. »

A l’occasion du « Black History Month à Bordeaux », l’association Mémoire et Partage organise au Musée Mer Marine de Bordeaux, samedi 12 janvier à 18h30, une conférence pour s’interroger sur l’héritage de cette période.