fbpx
Le catamaran peut atteindre la vitesse de 50 noeuds / Photo T. P.

Insolite 14 février 2019

Royan-Bordeaux. Le catamaran ultra-rapide testé par les professionnels

Sur la Gironde, le catamaran de la société Advanced Aerodynamic Vessels (A2V) a réalisé la liaison Royan-Bordeaux. Embarquez!

Depuis plusieurs mois sur l’estuaire de la Gironde, à Bordeaux et à Royan, le catamaran rapide fait parler de lui. Développé par la société rochelaise Advanced Aerodynamic Vessels (A2V), il permet d’atteindre des pointes à 50 noeuds (93 km/h). Les élus de la communauté d’agglomération Royan Atlantique espèrent voir l’engin effectuer la liaison Royan-Bordeaux à la fin 2019.


Le bateau a été testé ce jeudi entre Bordeaux et Royan aller-retour. Le trajet entre Royan et Bordeaux a duré 1h30. A bord, le commandant du Grand Port Maritime de Bordeaux, Henri Follin, et le président des pilotes de la Gironde, Tristan Paillardon, ont pu juger sur pièce les réactions du navire. Ils étaient sceptiques avant d’embarquer.

« C’est bluffant »

Les pilotes de la Gironde sont de ceux qui connaissent le mieux la rivière, le chenal, leurs pièges et leurs caprices selon la météorologie. Le président de la station de Pilotage, Tristan Paillardon, ne faisait pas partie des convaincus par ce navire ultra-rapide. « C’est bluffant, dit-il en débarquant. Nous avons réellement mis 1h30 comme prévu alors que le vent contre courant levait du clapot et que les conditions n’étaient pas bonnes. L’objectif de 1h30 entre Royan et Bordeaux n’est pas farfelu, il a été tenu. Au début, je n’y croyais pas. Nous avons testé la vitesse de croisière, les pointes à 50 noeuds, simulé une situation de perte de moteur à pleine vitesse, essayé les cas d’urgence. »

Le catamaran de A2V en approche du pont d’Aquitaine / Photo T.P.

Définir un cadre

D’un point de vue strictement nautique, le pilote maritime estime le projet de liaison Royan-Bordeaux ultra rapide « intéressant ». Sans compter les études économiques, il faudra maintenant poser un cadre nautique en vue d’une éventuelle autorisation. « Il va maintenant falloir travailler sur la définition du cadre nautique, explique Tristan Paillardon, président du Pilotage de la Gironde. Etudier les équipements à la navigation (type de radar, AIS,…), les systèmes de veille, les procédures de sécurité, les zones à vitesse réduite, les scénarii en fonction de la météo, etc. »

Le catamaran ultra-rapide amarré au ponton d’honneur de Bordeaux, devant le Pont de Pierre / Photo T.P.

40 cm de tirant d’eau

Le catamaran ultra-rapide existe déjà en deux exemplaires: l’un effectue des liaisons maritimes au Gabon, l’autre transporte des clients d’un hôtel de luxe sur le lac Léman. Lionel Huetz, directeur général de Advanced Aerodynamic Vessels est heureux du retour des professionnels sur son bateau. « Le bateau qui pourrait faire la liaison Royan-Bordeaux serait le grand-frère de celui du Gabon. Celui utilisé aujourd’hui sur la Gironde est un prototype de 10 mètres qui réagis exactement pareil qu’un plus grand. »

Après étude économique, les élus pourraient lancer un appel d’offre. En ce cas, la société rochelaise, également chantier naval, serait candidate.

Gaëlle Richard