fbpx
Baignade dans la mer // Image libre de droits

Insolite 2 août 2019

Une étude démontre que nager dans les océans pourrait être dangereux pour votre peau

Découvrez pourquoi !

Selon une étude récente, dix minutes de baignade dans la mer suffiraient pour nous rendre vulnérables aux virus et bactéries présentes dans l’eau. Explications. 

La composition de la peau se retrouve modifiée après un bain.

Au contact de l’eau de mer, le microbiote cutané, notre barrière invisible déposée sur notre peau, serait attaquée. Cette situation, bien que surprenante à première vue, n’en est pas moins inquiétante, puisque le microbiote cutané a pour vocation de nous protéger contre les agressions extérieures : infections, virus, bactéries, etc. 

La découverte a été rendue publique lors de la conférence annuelle de la société américaine de microbiologie. Après des séries de tests, analysant la peau des cobayes avant et après une baignade, les chercheurs se sont aperçus que leur microbiote cutané avait radicalement changé de composition, au point ou l’on pourrait comparer ces derniers à une page vierge. Leur peau était devenue bien moins hermétique aux agressions virales et bactériologiques extérieures, multipliant le risque de gastros, d’infections cutanées ou encore respiratoires. Ainsi, avant le début de la baignade, chaque volontaire possédait un microbiote cutané propre, et différent de celui de son voisin. Après une baignade de dix minutes, une partie de ces différentes avaient été effacées par l’eau de mer.

Image libre de droits

Ce phénomène de « nettoyage cutané » aurait pour effet de permettre aux bactéries présentes dans l’eau de mieux s’accrocher à la peau. Les chercheurs en charge de cette étude ont ainsi réalisé que certaines bactéries présentes en mer étaient présentes sur la peau des participants plus de six heures après leur baignade, délais à partir duquel le microbiote commence à reprendre sa composition d’origine. 

Pas de panique cependant : bien que ce phénomène nous rende plus vulnérables, les cas réels d’infections sérieuse suite à une baignade en pleine mer sont rares.

Ed.W