Un porte-conteneurs décharge les "boîtes" à quai / Photo Patrick Baum via Pixabay

Économie

Moins d’embouteillages sur la route, plus de conteneurs sur les navires

Mettre la marchandise sur des bateau au lieu d’encombrer les routes

Si les marchandises transitaient davantage sur des navires que sur les routes, les embouteillages s’en trouveraient nettement diminués. « En 2017, environ onze milliards de tonnes de marchandises ont été transportées de cette façon. Elles n’étaient que de 6 milliards en 2000 et de 2,5 en 1970 » détaille Jacques Attali, auteur de « Histoire de la mer » dans le magasine Géo Collection de juillet-août.

Sur la rivière Gironde plutôt que sur la rocade

En Gironde, un pilote maritime a posté une photo d’un porte-conteneurs au moment où, sur la rocade de Bordeaux (archi-bouchée tous les matins et tous les soirs) se trouvait dans le rouge.

Ce porte-conteneurs, qui n’est pas parmi les plus imposants, permet de transporter des « boîtes » sinon mises sur des camions. Autant qui ne bouchent pas le trafic routier.

Une année positive pour le transport maritime

Ils seront mis sur la route pour des trajets courts jusqu’à leur point de livraison non desservir par un port.
Le secteur du transport maritime estime que 2018 sera une année positive. Le secteur a vu une augmentation de 6,5 % en 2017, selon l’Union des Entreprises de Transport et de Logistique de France.

Le conteneur (container en anglais) a révolutionné le transport de marchandises mondial dans les années 1970 en Europe (fin des années 50 aux Etats-Unis).

A l’heure du chassé-croisé des départs en vacances, les automobilistes se passeraient fort bien de quelques camions supplémentaires.

Gaëlle Richard