Bovins / Image libre de droits

Environnement 22 mars 2019

L’impact de l’agriculture mondiale sur les océans

L'agriculture est l'activité humaine ayant les plus grands impacts sur l'utilisation et la pollution mondiale de l'eau de nos océans, qui consomme à elle seule, 70 % de l'eau utilisée dans le monde.

Des effets dévastateurs

L’utilisation d’eau pour les besoins mondiaux en agriculture atteint ainsi des montant colossaux. À titre d’exemple, 500 litres d’eau sont nécessaires à la production d’un seul kilo de maïs, et 7 900 litres d’eau sont nécéssaires à l’obtention d’un kilo de protéine animale. Il suffit de multiplier ces chiffres par nos besoins quotidiens de calories pour se figurer l’ampleur du problème.

De plus, les pesticides et autres produits chimiques utilisés dans l’irrigation des cultures, se fraient un chemin jusqu’aux nappes phréatiques, qui rejoignent nos cours d’eau douce, eux-mêmes déversés dans les mers et océans de part le cycle de l’eau. L’évaporation des l’eau salés contaminées se transformant en pluie, qui elle-même se déverse sur les terres, et fait ainsi circuler ces agents polluants en cycle fermé.

C’est également de part le cycle de l’eau que les antibiotiques, médicaments et polluants présents dans la nourriture des animaux d’élevage se retrouvent dans les océans, de part la mauvaise ou inexistante gestion de leurs déchets organiques. Ainsi, les déchets animaliers sont extrêmement polluants et nocifs pour nos cours d’eau.

Ces polluants entraînent de nombreuses complications au sein des océans : ces produits et dérivés chimiques aident à la prolifération d’algues très gourmandes en oxygène et qui étouffent littéralement leur environnement, créant sur leur passage des zones maritimes mortes, que l’on compte déjà au nombre de 500 dans le monde.

A noter que ce mois-ci, se tiendra la journée mondiale de l’eau !

Les actions à mener

Il peut être complexe de savoir comment agir à notre petite échelle contre ces statistiques inquiétantes. Pourtant, un geste essentiel, simple d’application et peu onéreux, permettrait de sauver 5 400 litres d’eau par jour et par personne : réduire sa consommation de viande.

 

Via veganimpact.com

 

Il est essentiel de préciser une donnée importante : 90 % des céréales produites dans le monde sont destinés à nourrir du bétail, sachant qu’il faut 12 à 25 kilos de végétaux pour obtenir 1 seul kilo de bœuf. Ainsi, un bœuf entier peut être divisé en 1500 repas humains, alors que la quantité de végétaux nécessaire pour le nourrir équivaudrait à 18 000 repas.

Nous l’avons vu, l’agriculture animale a un impact extrêmement négatif sur la quantité et la qualité de l’eau de notre planète, et ce, bien plus que l’agriculture végétale. En terme de quantité, produire 1 kg de bœuf nécessite à lui seul 15 000 litres d’eau, ce qui est l’équivalent d’une douche par jour pendant un an. À contrario, la production d’1 kg de pommes de terre ne nécessite que 900 litres d’eau.

Ainsi, un seul menu végétarien par jour permettrait de sauver 70 % de l’eau nécessaire à notre alimentation par rapport à un menu comprenant des protéines animales.

Pour davantage d’informations, vous pouvez visionner cette courte vidéo mettant en lumière les incidences de l’agriculture sur l’environnement :

 

Ed.W