Lifestyle 22 juin 2018

« Les voiliers attirent les cinglés et les génies »

[LA CARTE BLANCHE de...]

...Elodie Vasseur, passionnée de littérature maritime. Un regard fana de livres qui prennent le large

« Suis-je en train de nous comparer à Einstein ? oui, les voiliers attirent les cinglés et les génies, les romantiques auxquels leurs bateaux offrent une image rebelle. Nous succombons à tout cela, mais ce que nous avons du mal à saisir, c’est qu’il ne s’agit pas des bateaux en eux-mêmes, mais plutôt de ces moments inexplicables, sur l’eau quand le temps ralentit. »

Quelques lignes extraites de la première page et déjà la couleur est annoncée, vous voilà prêt à embarquer ?

« Face au vent » est le portrait de la singulière famille des Johannssen, installée sur les bords de l’océan Pacifique. Une famille dont les dysfonctionnements et les conflits se cristallisent autour de la voile, elle-même un personnage central du roman. Car les Johannssen sont atteints d’un virus dont on ne guérit pas : la navigation. Ils vivent, pensent et respirent bateau ; ils les dessinent, les construisent, les rafistolent, les font régater !

C’est LE roman de cet été

C’est à travers le regard de Joshua (les férus de voile n’auront pas manqué de noter comme une petite référence dans ce prénom), que l’auteur nous présente sa galerie de personnages pétris d’obsessions, mais si attachants. Au fil des pages, se dessine le portrait de trois générations qui partagent la voile dans leur ADN : l’aïeul imagine les courbes des voiliers et les couche sur le papier, le père leur donne vie et les barre, la mère physicienne calcule et optimise la navigation. Joshua, Bernard et Ruby vivent chacun cet héritage de manière unique, au milieu de tensions que la famille sait générer sans pareille ! Ils s’approprient cette passion de la voile, cherchant parfois à s’en distancier mais y revenant toujours.

La plume de Jim Lynch est pleine de tendresse pour cet équipage Johannssen, et son regard sur cette tribu improbable de fous de mer est fin, émouvant mais aussi drôle. Il sait aussi dépeindre avec justesse les rapports à la nature et à la mer. Jim Lynch réussit également le tour de force de trouver la juste dose de termes techniques – assez recherché pour parler aux voileux, pas trop pointu pour ne pas perdre les néophytes !

« Face au vent » est un clin d’œil affectueux à tous les doux-dingues de voile qui errent sur les pontons ! C’est LE livre à lire cet été pour les passionnés de voile et de lecture, un roman que l’on referme à regret et que l’on aimerait bien voir, pourquoi pas, adapté sur les écrans !

« Face au vent », Jim Lynch, Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jean Esch, éditions Gallmeister, janvier 2018,  368 p., 23,20 €.

Elodie Vasseur, patronne de La Timonerie

Elodie Vasseur est une passionnée de livres, surtout lorsqu’ils ont le doux parfum du vent, de l’aventure et des grands espaces. Quand elle ne lit pas, elle est attachée de presse. Elle tient le compte Twitter La Timonerie (à suivre d’urgence pour passer de bonnes vacances iodées!).