L'économie circulaire ouvre le champ des possibles pour le recyclage des filets de pêche en (beaux) objets du quotidien / Photo ddz via Pxabay CC0

Économie 21 novembre 2018

L’économie circulaire se concrétise dans la pêche et l’aquaculture

Aujourd'hui et demain, à Saint-Jean-de-Luz, la Commission Européenne touche du doigt le recyclage des filets de pêche, les peaux de poisson devenues bracelets ou les planches de surf fabriquées à base de déchets

La Commission Européenne se penche sur l’économie circulaire de la pêche et de l’aquaculture. Comment recycler filets, coquilles de coquillages, plastiques trouvés sur les plages, peaux de poisson, etc? Sur le littoral français, des entrepreneurs ont des idées. Ils en ont fait leur coeur de commerce. C’est la raison pour laquelle l’unité Farnet, missionnée par la Commission Européenne, les met en lumière aujourd’hui et demain. Farnet et d’autres partenaires (1) organisent « La boucle bleue », d’un séminaire transnational sur l’Economie Circulaire dans les communautés de pêche et d’aquaculture.

La stratégie européenne

L’objectif de ces deux jours de rencontres passionnantes est multiple:

  • montrer comment changer de modèle économique en passant du « prendre, fabriquer et éliminer » à  l’éco-conception, le partage et la réutilisation des produits,
  • trouver des moyens de minimiser les déchets et de s’assurer que la valeur des produits et des matériaux est maintenue aussi longtemps que possible,
  • comment valoriser les sous-produits et les déchets de la pêche et de l’aquaculture (déchets organiques de poissons, déchets coquilliers, plastiques…)

Farnet explique que l’Europe engage des programmes pour développer les initiatives locales de recyclage des déchets et du plastique.  » La stratégie de l’Union Europeénne pour les plastiques vise à transformer la manière dont les plastiques et les produits en plastique sont conçus, fabriqués, utilisés et recyclés. Cette stratégie met l’accent sur la réduction des déchets marins, y compris les déchets  provenant du secteur de la pêche. »

Véritable marché aux idées (et pour Noël!)

Pour montrer de manière très concrète ce que l’on peut inventer comme produits à base de sous-produits ou de déchets, le lycée maritime de Ciboure propose une exposition, « Blue loop expo ». Celle-ci est organisée par deux leader du recyclage maritime sud-landes et pays-basque. API-UP propose l’up-cycling de déchets de bois, en les remodelant et intégrant dans du mobilier éco-conçu (un super meuble d’entrée ou îlot de cuisine!). Soli’bat présentera son réseau d’acteurs rassemblés au sein d’une plateforme dédiée à la collecte de matériaux
de construction.

On découvrira, par exemple:

  • la start-up Noostrim: spécialisée dans la recherche et les tests de méthodes de recyclage des différents matériaux plastiques associés aux filets de pêche
  • Femer: tanneur de peaux de poissons, déchets des poissonneries, pour en faire du cuir (des sandales et bracelets qui iront bien sous le sapin de Noël!)
  • Fil et Fab: utilisation des filets de pêche pour en faire des luminaires ou dessous de verres
  • EÏOS: elle utilise des coquilles de moules pour réaliser des sculptures ou les intégrer dans des matériaux (un très bon exfoliant, paraît-il…)
  • Algaïa: concocte un biostimulant à base d’algues
  • Scales: invente des objets du quotidien (gobelets, etc.) fabriqués à base d’écailles de poissons
  • Buréo: récolte les filets de pêche, les fait fondre et utilise le pastique pour en faire des lunettes de soleil, planche de skate ou des outils de bureautique

Bref, le champs des possibles est ouvert. La ressource inépuisable. Les fonds européens présents pour impulser  et soutenir les projets.

 

Renseignements: auprès de Eellogic (plateforme pour l’économie bleue) et l’unité Farnet.
1-Les partenaires de ce séminaires sont FARNET – Réseau Européen des Territoires de Pêche et d’Aquaculture,  Commission Européenne,  Groupe d’Action Locale pour la Pêche et l’Aquaculture (GALPA) « Côte Basque – Sud Landes », CIDPMEM 64/40 – Comité Interdépartemental des Pêches Maritimes et des Elevages Marins Pyrénées-Atlantiques / Landes,  Région Nouvelle-Aquitaine et Direction des Pêches Maritimes et de l’Aquaculture (DPMA).