Le RMS Titanic // Photo via wikicommons

Insolite 22 mars 2020

Le saviez-vous ? Le Titanic

Mis en service le 10 avril 1912 sur la ligne transatlantique, le paquebot Titanic affrété par la compagnie maritime britannique White Star Line était alors le plus grand et le plus luxueux du monde.

Quittant le port de Southampton en Angleterre, le Titanic devait rallier le port de New-York. Après une escale à Cherbourg en Normandie, puis une seconde à Cobh en Irlande, le géant des mers s’élança dans sa traversée de l’atlantique avant de croiser la route d’un iceberg quatre jours plus tard, entrainant ainsi son naufrage et causant la mort de plus de 1500 personnes.

Mais le saviez-vous ?

1. Le Titanic avait deux sisterships : l’Olympic & le Britannic

En 1907, la compagnie White Star Line prend la décision de lancer la construction d’une série de trois paquebots identiques afin de répondre à la concurrence. Construit simultanément côte à côte par les chantiers Harland & Wolff de Belfast, l’Olympic est le premier à être mis en service en 1911, suivi du Titanic en 1912 qui aura bénéficié de quelques aménagements de luxe supplémentaires.

Le dernier paquebot, le Gigantic, est conçu pour être le plus sûr et le plus luxueux des trois navires, en ayant notamment subit d’importantes modifications suite au naufrage de son jumeau. A commencer par son nom :  jugé trop orgueilleux, il est rebaptisé Britannic. Mis en service en 1915, il est réquisitionné par la Royal Navy comme navire-hôpital au moment de la première guerre mondiale.

Il ne connaîtra jamais de service commercial puisqu’il sombre en mer Egée en novembre 1916 après avoir heurté une mine allemande. Seul L’Olympic connaîtra une longue carrière commerciale lui valant le surnom « Old Reliable » (Le vieux fiable), avant d’être démoli en 1937.

2. Le commandant Edward John Smith

Considéré comme le commodore de la White Star Line, le Capitaine Smith se voit confier le commandement des navires prestigieux de la compagnie. Ainsi, il prend le commandement de l’Olympic lors sa mise en service en 1911. Quelques mois plus tard, en quittant le port de Southampton, le paquebot est victime d’une importante collision avec le croiseur Hawke de la Royal Navy ce qui ouvre une brèche dans la coque et endommage gravement le système de propulsion tribord, l’obligeant à retourner aux chantiers navals pour d’importantes réparations.

À cette occasion, il se voit attribuer des pièces destinées à son jumeau le Titanic, repoussant ainsi la date de voyage inaugurale de celui-ci au mois d’avril 1912. à cette période de l’année, la banquise aura commencée à fondre et de nombreux icebergs seront partis à la dérive… Le 10 avril 1912, Smith prend le commandement du Titanic pour son voyage inaugurale. A son départ de Southampton, le mouvement des hélices du géant aspire le paquebot New York qui s’approche dangereusement du Titanic. Les remorqueurs arrivent à éviter la catastrophe de seulement quelques mètres.

3. Les canots de sauvetage

Alexander Carlisle – Directeur Général des Chantiers Harland & Wolff, était responsable des emménagements, de la décoration et du dispositif de sauvetage du Titanic. Convaincu qu’il fallait se préparer à toute éventualité, et inquiet par l’insuffisance du nombre de canots de sauvetage exigé pour un navire d’une telle taille (malgré le fait que le nombre soit conforme à la réglementation en vigueur de l’époque), il insista auprès de la compagnie maritime pour que le paquebot soit équipé de bossoirs sur l’intégralité de sa longueur pouvant supporter chacun quatre canots. Soit un total de 64 chaloupes, bien que 48 seraient suffisants pour 3300 passagers.  

Bruce Ismay – Directeur de la White Star Line, était opposé à l’installation de canots en surnombre, ce qui d’après lui aurait nui à l’esthétique du navire. Les chantiers navals durent ainsi s’en tenir au minimum réglementaire : 16 canots et 4 radeaux supplémentaires pouvant contenir 1178 passagers, allant ainsi au-delà des exigences. A la démission d’Alexander Carlisle, c’est Thomas Andrews qui lui succèdera pour veiller à l’achèvement du Titanic.

 4. Naufrage

Dans la nuit du 14 au 15 avril 1912, alors que le Titanic s’enfonce lentement dans l’océan après sa collision avec un iceberg, les passagers et les officiers du paquebot aperçoivent au loin les feux d’un autre bateau. Il s’agit du Californian, un cargo arrêté par un champs de glace. Son opérateur radio étant couché, il ne peut répondre aux messages de détresse que lui adresse l’opérateur radio du Titanic. Le capitaine Smith ordonne alors de lancer les fusées de détresse. Mais l’équipage du Californian ne réagira pas.

Ce n’est qu’à 3h30 soit 1h10 après le naufrage du Titanic qu’un officier du Californian aperçoit les fusées du Carpathia venu secourir les naufragés. Aux alentours de 4h, l’opérateur radio du Californian apprend par un autre bateau le naufrage du Titanic dans la nuit. L’équipage, plus particulièrement le capitaine du Californian sera mis en cause pour ne pas avoir porté secours aux 1500 victimes du naufrage.

5. Le Titanic dans la fiction

Depuis son naufrage en 1912 jusqu’à aujourd’hui, le Titanic n’a cessé de fasciner. Il a fait l’objet de nombreux films. L’intérêt collectif pour cette partie de l’histoire renaît à la découverte de l’épave en 1985, inspirant James Cameron en 1997 pour son film aux 11 oscars. Il y consacrera un documentaire en 2003 « Les fantômes du Titanic », dans lequel il filme l’intérieur de l’épave plus en détails. Depuis son entrée en salles, le film Titanic a engendré plus de 1,84 milliard de dollars. Cette somme pourrait servir à construire aujourd’hui 4,6 réplique du célèbre paquebot.

L’histoire la plus surprenante reste néanmoins celle de l’écrivain Américain Morgan Robertson. Dans son roman publié en 1898, l’auteur y évoque le naufrage du plus grand paquebot de son époque… son nom : le Titan. Dans l’ouvrage, le navire sombre dans l’atlantique vers minuit après avoir heurté un iceberg. Environ un millier de passagers fictifs disparaissent dans le naufrage par manque de canots de sauvetage. Beaucoup de personnes voient en cet ouvrage la prédiction du drame qui touchera le Titanic 14 ans plus tard.

Clément Martin