Pen Duick est en rénovation depuis l'automne / Photo Association Eric Tabarly

Patrimoine 27 septembre 2018

Le premier Pen Duick d’Eric Tabarly a besoin de fonds

Le mythique bateau d'Eric Tabarly est en rénovation. Il faut 650.000 euros pour le remettre en état

Pen Duick attend sa nouvelle vie. Le mythique bateau d’Eric Tabarly est en reconstruction totale. La veuve du marin, Jacqueline Tabarly, et l’association Eric Tabarly lancent une campagne de financement participatif pour trouver les fonds.

Pen Duick est le premier voilier d’une série de six avec lesquels le marin le plus fameux de France a battu records sur records et accumulé les transatlantiques, avant de passer la virus à sa fille.

Une histoire, un monument

Le premier des Pen Duick, fabriqué en Ecosse en 1898, est entré dans la famille Tabarly en 1938. Guy, le père d’Eric, l’avait acheté à une famille de Nantais. Classé au titre des Monuments historiques en 2016, Pen Duick se trouve aujourd’hui dans le chantier du Guip à Brest.

Eric Tabarly en a été le 15e propriétaire, à l’âge de 21 ans. Eric sauve une première fois Pen-Duick en 1958. Il innove en réalisant une coque en polyester sur la coque de Pen-Duick qui est en bois et irréparable; elle lui sert de moule. Pen-Duick devient ainsi la plus longue coque en polyester de l’époque.

S’offrir un bout du mythe

Sur les 650.000 euros de travaux , 400.000 seront pris en charge par le département du Morbihan. Les 250.000 euros restant doivent provenir du financement participatif dont la campagne dure jusqu’au 14 décembre. Le 26 septembre, 15% de la somme était réunie, soit 38.135 euros. 338 personnes avaient répondu à l’appel pour sauver la « messange à tête noire ».

En participant, tout un chacun peut s’offrir un bout du bateau mythique.

Chomard ou morceau de mât

Pour 50 euros, le donateur peut recevoir poster, une fixation de chandelier en bronze. Pour 90 euros, un filoir de pont en bronze débarqué en 1988,(antérieur à 1938). Présenté sur support en bois et renseigné d’une plaque numérotée et datée. Pour 80 euros un chomard débarqué en 1988. Pour 100 euros, les mécènes peuvent recevoir une invitation à assiter à la remise à l’eau de Pen Duick et visite de la cité de la voile Eric Tabarly, en avril 2019 à Lorient. Pour 180 euros, un morceau du mât de fléche concu par Eric Tabarly, réalisé en rétraint d’aluminium.

Gaëlle Richard