Le mannequin est transporté du bateau à passagers sur la vedette de la SNSM.

Littoral 3 décembre 2018

La SNSM lance sa campagne hivernale de dons

La SNSM récolte, en hiver, des dons pour sauver des vies et des bateaux l'été venu

La SNSM lance sa campagne de dons en cette période de générosité des fêtes de fin d’année. Parce que la saison estivale 2019 se prépare d’ores et déjà, les sauveteurs en mer espèrent pouvoir renflouer les caisses. Ils ont besoin dans les dix ans à venir de changer, notamment, six bateaux de la flotte. Ce ne sera pas une mince affaire étant donné la performance des embarcations de sauvetage et leur coût.

Sur 30 millions d’euros, 80% sont des dons

En 2017, la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM) a sauvé 32.460 personnes au large mais également sur certaines plages du littoral français. Les 8.000 sauveteurs sont bénévoles mais les coûts de fonctionnement sont très élevés. La formation se renouvelle sans cesse. Le matériel est à la pointe et doit être régulièrement vérifié.

La formation des coûte chaque année 4 millions d’euros à la SNSM. Il faut former les Sauveteurs-Embarqués, qui interviennent au large, et les Nageurs-Sauveteurs, qui surveillent les plages.

Le renouvellement et l’entretien, les réparations, les vérifications légales du matériel et des 450 bateaux font grimper la facture annuelle à 12 millions d’euros.

L’équipement des sauveteurs qui garantit leur sécurité et améliore leur efficacité s’élève à 1,5 millions d’euros.

Au total, le budget annuel de la SNSM s’élève à 30 millions d’euros. Chaque année, il faut les trouver. 80% de cette somme provient de dons, de mécénat, de legs d’origine privée. (Même si les propriétaires de yachts de Saint-Tropez n’ayant pas, dans un premier temps, fait preuve de générosité a défrayé la chronique l’été dernier). La station de Berck-sur-Mer a même réalisé un financement participatif.

Les dons sont défiscalisés

En faisant un don avant le 31 décembre 2018, le donateur bénéficie d‘avantage fiscal en 2019. On peut déduire des impôts 66% du montant du don dans la limite de 20% du revenu imposable. Par exemple, un don de 100 euros ne coûte en réalité que 34 euros.

Pour exemples, un don de 80 euros (donc 28 euros, déduction fiscale effectuée) permet d’acheter un casque, 150 euros: un gilet de sauvetage…

⇒Pour faire un don, c’est ici, sur le site de la SNSM.
Gaëlle Richard