La pêche électrique est autorisée, sous certaines conditions, aux Pays-Bas et interdite en France / Photo Vincent via Actu Environnement

Pêche 8 novembre 2018

La pêche électrique serait « illégalement subventionnée » selon Bloom

L'association Bloom affirme que la pêche électrique aux Pays-Bas aurait touché 21,5 millions d'euros

L’association Bloom hausse le ton dans sa lutte contre la pêche électrique. Cette technique envoie une impulsion électrique dans les fonds. Le poisson, assommé, remonte. Le filet peut, plus facilement, le capturer.

L’offensive de Bloom

D’une part, Bloom saisit  la Médiatrice européenne, Emily O’Reilly, chargée d’arbitrer les cas de mauvaise administration des institutions européennes, de transparence et d’éthique, pour qu’elle constate les graves manquements administratifs de la Commission européenne dans le dossier de la pêche électrique.

D’autre part, l’association entame un bras de fer avec les Pays-Bas. « Le fichier de subventions publiques que nous avons obtenu nous permet de révéler l’étendue du mensonge des lobbies et l’illégalité des aides publiques accordées aux navires industriels » écrit Bloom sur son site.

Bloom pointe les aides européennes

L’association fondée par Claire Nouvian pointe les aides « illégales » européennes. La pêche électrique ne peut se pratiquer que sous de strictes conditions. En Mer du Nord, des licences d’expérimentation peuvent être allouées aux pêcheurs à l’électrique. « Une estimation conservatrice permet d’affirmer, selon Bllom, qu’au moins 21,5 millions d’euros de subventions publiques ont été alloués au soutien, à la légitimation et au développement de la pêche électrique aux Pays-Bas depuis 2007, par le biais des deux instruments financiers européens d’aide au secteur de la pêche: 14,3 millions d’euros au titre du Fonds européen pour la pêche (entre 2008 et 2016) et 6,5 millions d’euros au titre du Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP), depuis 2017.)

Ce que défendent les Hollandais

Les Hollandais défendent cette technique de pêche ultra efficace. Selon eux, elle permettrait de consommer environ 40% de carburant en moins car les filets sont moins lourds. Elle réduirait de 34% la mortalité des organismes vivants. Il serait possible de réduire de 57% la remise à l’eau de poissons non voulus.


Les manifestations reprennent

Début novembre, deux manifestations, en Belgique et à Boulogne-sur-Mer (Nord), ont réuni pêcheurs, citoyens, ONG et élus. Les manifestants réclamaient l’interdiction de cette pêche. La région Hauts-de-France soutient cette position, ses pêcheurs subissent la concurrence « déloyale » de leurs homologues hollandais.

Gaëlle Richard