La régate, sous beau soleil et bon vent, promet du spectacle devant les façades du XVIIIe siècle / Photo Bordeaux Cata Raid via Facebook

Sport 16 novembre 2018

La Bordeaux Cata Raid: une régate de catamarans en pleine ville!

Samedi et dimanche, vingt catamarans de sport régateront sur la Garonne devant les façades Unesco de Bordeaux. Du beau spectacle sous grand soleil!

Ce week-end Bordeaux sera le terrain de jeu de vingt catamarans de sport lancés à toute vitesse. Le port de la Lune s’offrira, entre le pont de Pierre et le pont Chaban-Delmas, aux régatiers habituellement engagés sur la Solitaire du Figaro ou le Tour de France à la voile.

Samedi, de 10 heures à 17 heures et dimanche, de 10 heures à 14 heures, les quais bordelais, sous beau soleil, seront le meilleur endroit pour assister au spectacle.

20 catamarans sur la Garonne

Le club bordelais Les Marins de la Lune organise cette 6e édition de Bordeaux Cata Raid. Ils seront 40 marins à prendre le départ sur vingt catamarans de sport, en F16 ou en F18. Les conditions météo promettent d’être très bonnes: soleil et bon vent (10/12 noeuds, 24 sous rafales). Le vent devrait être de sud-est donc du pont de Pierre, de quoi partir au portant vers le pont Chaban-Delmas et revenir bien gîté vers le pont de Pierre.

Très spectaculaire

Ces régates sont souvent spectaculaires, parfois davantage que les runs des Figaristes lors de la Solitaire du Figaro. Les catamarans F16 et F18 sont des libellules qui peuvent décoller à la moindre rafale. Or, sur ce plan d’eau, le vent n’est jamais totalement stable. Eole se montre capricieux entre le très touristique miroir d’eau et le pont levant. La navigation n’est pas aisée dans le port de la Lune, les marins doivent rester attentifs sans arrêt.

Ils doivent faire attention à ne pas heurter de bouts de bois flottant entre deux eaux. Ils doivent établir une trajectoire parfaite pour éviter l’épave du navire coulé durant la Seconde Guerre Mondiale près de la bouée rouge n°76. Même si, ce week-end, le coefficient de marée est faible, les régatiers devront jouer avec les courants et contre-courants. Autant dire que les embûches ne feront pas de cadeaux aux marins.

Gaëlle Richard