Depuis son premier voyage, en février 2016, l’Aquarius a recueilli à son bord 29.523 personnes / Photo Maud Veith - SOS MEDITERRANEE

Dossier 27 septembre 2018

Est-ce la fin de l’Aquarius et du sauvetage de vies en Méditerranée?

Depuis dimanche 23 septembre l’Aquarius, bateau affrêté par les ONG SOS Méditerranée et Médecins sans frontières a perdu son pavillon. Panama s’apprête à retirer son pavillon au navire.  Cette décision met en péril la mission d’assistance du navire, pilotée par l’ONG SOS Méditerranée, qui en appelle désormais à la France et à l’Europe. Après de longues négociations, Malte a accepté d’accueillir temporairement les personnes recueillies par le navire, qui ira ensuite vers Marseille.

Bateau fantôme

L’Aquarius, qui a sauvé 47 personnes la semaine dernière au large des côtes lybiennes, fait route vers Marseille. Mais la France a, de longues heures, refusé de l’accueillir dans l’immédiat.  » Rappelons aux indifférents que 1.700 personnes sont déjà mortes en Méditerranée centrale depuis le début de l’année, assène Le Monde dans son éditorial. Depuis son premier voyage, en février 2016, l’Aquarius a recueilli à son bord 29.523 personnes. »

Le pavillon est une sorte de pièce d’identité d’un bateau, un peu ce qu’est la plaque d’immatriculation à la voiture. Sans son pavillon, un navire ne peut légalement pas circuler. « Sans pavillon, l’Aquarius est un navire fantôme, sommé de s’ancrer à un point fixe et de ne plus bouger » indique Europe1.

SOS Méditerrannée très inquiète

L’ONG SOS Méditerrannée détaille, dans un communiqué de presse, le déroulement des faits.  » Le message des autorités maritimes du Panama expliquait  alors que « malheureusement, il faut qu’il [l’Aquarius] soit exclu de notre registre, car maintenir ce pavillon impliquerait de sérieuses difficultés politiques pour le gouvernement panaméen et pour la flotte panaméenne qui travaille dans les ports européens. »

Les deux organisations humanitaires dénoncent ces actions comme une « preuve supplémentaire du jusqu’au-boutisme du gouvernement italien qui choisit sciemment de laisser les gens se noyer en mer Méditerranée, et cherche à se débarrasser des derniers témoins de ces naufrages ».

17 femmes et 18 enfants à son bord

Selon le Panama, la principale plainte émane des autorités italiennes, selon lesquelles « le capitaine du navire a refusé de renvoyer des migrants et réfugiés pris en charge vers leur lieu d’origine ». A son bord se trouvent 58 migrants, dont 17 femmes et 18 enfants, attendant d’être pris en charge. En Libye, ils subissent des viols, des violences et un marché aux esclaves s’est développé.

Le Monde tranche: « Sous la pression d’opinions publiques chauffées à blanc par les discours xénophobes, l’Europe a chargé la Libye de jouer à nouveau le rôle de barrage aux migrants qu’elle assumait sans sourciller avant de basculer dans la guerre civile en 2011. » Et d’ajouter: « L’Aquarius était la mauvaise conscience de l’Europe, incapable de se mettre d’accord sur une stratégie collective pour faire face au drame humanitaire en Méditerranée. L’Aquarius empêché et désarmé, les responsables européens pourront mieux feindre d’oublier les indésirables qui se noient à proximité de leurs côtes. C’est indigne. »