Le volcan sous-marin de Mayotte nous livre peu à peu ses secrets

Découverte & Recherche 1 octobre 2020

Deux ans de crise sismique et la naissance d’un volcan sous-marin à Mayotte

Crise sismique et naissance d'un volcan sous-marin.

Après plusieurs manifestations sismiques consécutives, l’île de Mayotte a constaté la formation, à 50 kilomètres de son large, d’un volcan sous-marin (3 500 mètres de profondeur), qui croît très rapidement.

Cette île présente des spécificités rares, puisque chaque année elle se déplace de plus de 20 centimètres vers l’est, et s’affaisse de 10 centimètres.

Revenons sur les tremblements de terre ressentis à Mayotte, essayons de comprendre l’apparition de ce volcan hors-normes et quelles peuvent en être les conséquences.

Les tremblements de terre successifs

La terre a tremblé pour la première fois le 10 mai 2018. Une succession de séismes est alors détectée, avant une nouvelle secousse 5 jours plus tard d’une magnitude de 5,9. Cette secousse représente la plus importante ressentie sur l’île jusqu’à présent.

Les séismes se succédant encore, notamment en mai 2019, le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) cherche à en comprendre les causes. Les explorations ont alors mené à la découverte de la formation d’un volcan à quelques dizaines de kilomètres à peine.

La première hypothèse émise est la conséquence de l’origine volcanique des Comores et de Mayotte. Cet ensemble de séismes serait dû à la fracturation de la croûte et l’insertion de liquide magmatique venu d’une chambre de magma en suppression.

En parallèle, les scientifiques se rendent compte que Mayotte se déplace et s’affaisse de manière inquiétante. Ce phénomène est attribué à la déflation d’un réservoir de magma à 30 kilomètres de profondeur, et à 40 kilomètres de l’île.

Une fois la voie ouverte, la lave n’a plus qu’à se répandre sur le plancher océanique et créer un volcan.

Un volcan sous étroite surveillance

Dès lors, les équipes scientifiques ne cessent de surveiller le phénomène. Elles observent de possibles failles actives, d’éventuels événements sismiques, glissements sous-marins ou toutes les activités volcaniques possibles sous l’eau.

Le volcan sous-marin continue à se développer régulièrement jusqu’à mai 2020, avec près de deux années d’éruption continue. Deux nouvelles campagnes d’observation sont prévues en octobre et décembre 2020.

Anticiper d’autres risques

La multitude de données acquises depuis deux ans, et celles à venir servent aux scientifiques à analyser la situation au plus près, mais à interpréter tous les scénarios possibles suite à la formation de ce volcan.

Des travaux approfondis évalueront les périls pouvant en découler pour l’île de Mayotte et ses habitants, notamment les risques sismiques bien sûr, mais aussi les tsunamis. Ce peut être le cas avec les éventuels effondrements du réservoir.

En résumé, nous pouvons dire qu’un tel volcan est un fascinant mystère, l’un des plus rares et que l’on n’a jusqu’à présent pas beaucoup pu observer, qu’il est spectaculaire tout autant que, malheureusement, il peut être dangereux et dévastateur.

Ed.W